Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 août 2015

Retrospective : lettre à Martine Aubry

Le 7 février 2009, Christine Coget et moi même (tous deux étions alors membres du MoDem) prenions la décision d'adresser ce courrier à Martine Aubry. De réponse, il n'y eut jamais, si ce n'est, n'en doutons pas celle délivrée 5 ans plus tard par les urnes héninoises.

On ne réécrit pas l'histoire et il ne sert à rien de la rabâcher. Reste que la responsabilité politique de l'appareil PS d'alors, dans la situation que nous subissions depuis mars 2014, est évidente.

Puissent les femmes et les hommes qui aujourd'hui dirigent ce parti, oeuvrent ou militent en son sein, ne pas rééditer les mêmes erreurs que celles commises finalement il y a peu. Pour certaines et certains, je n'ai aucun doute.

 

___________

 

Madame,

 

La ville d'Hénin Beaumont fait actuellement, comme vous le savez, l'objet d'une procédure engagée par la Brigade Financière.

 

Son action pourrait notamment conduire le Parquet de Béthune à ouvrir une information judiciaire sur la mise en place par Gérard Dalongeville d'un système de fraude très complexe.

 

Je suis tout comme vous très attachée au principe de présomption d'innocence, y compris et même surtout lorsque la personne qui se voit reprocher une infraction affiche une sensibilité politique différente de la mienne.

 

Vous comprendrez donc aisément que je n'attends nullement de votre part et en l'état de l'instruction une condamnation publique du maire d'Hénin Beaumont.

 

Vous comprendrez donc tout autant qu'il ne peut pour ma part en aller de même quant aux réactions qu'il vous appartiendra d'adopter suite aux multiples conclusions et recommandations émises par la Chambre Régionale des Comptes.

 

Les conclusions de cette instance administrative attestent, comme vous pourrez si facilement le constater, de la situation financière catastrophique à laquelle est confrontée la principale ville de la Communauté d'Agglomération d'Hénin-Carvin et attribuent clairement la responsabilité de cette tragédie économique et sociale à monsieur Gérard Dalongeville. Le doute ne peut sur la base du dernier rapport que vous trouverez ci-joint être de mise, sauf à remettre en cause la neutralité d'intervention de la CRC.

 

Ces conclusions confirment par ailleurs - et croyez qu'il m'en coûte de l'admettre – ce que l'ensemble des composantes de l'opposition municipale n'a eu de cesse depuis de très longs mois d'exprimer, et pour ce qui me concerne, d'évoquer de vive voix avec madame Marie Noëlle Lienemann à plusieurs reprises.

 

Ces conclusions offrent aussi et surtout une occasion supplémentaire au Front National de développer le discours de sa démagogie usuelle que vous et moi connaissons et ainsi espérer d'un exécutif à Hénin Beaumont.

 

C'est pleinement consciente de ce risque mais aussi de l'absolue nécessité de contribuer sans attendre au redressement de cette ville minière que le MoDem Hénibeaumontois fut le premier à appeler à :

 - la démission de la majorité municipale

 - l'instauration d'un grand rassemblement républicain, associant notamment le PS dans ses différentes organisations, pour relever ce double défi.

 

 

Ces deux propositions ont déjà localement trouvé une écoute favorable, y compris auprès de certains militants locaux qui vous sont proches.

 

Leur totale mise en œuvre reste désormais, pour partie il est vrai, suspendue à votre volonté de désigner un(e) représentant(e) mandaté(e) par vos soins pour ouvrir au plus vite le double chantier de l'après "Dalongeville" et de la lutte contre le Front National. Monsieur Chruszez, co-responsable de cet édifiant bilan ne peut représenter, vous le comprendrez, une alternative crédible à monsieur Dalongeville.

 

Bien que non-adepte des mises en demeure, soyez toutefois assurée que je serai à même de tirer toutes les leçons qu'imposerait un choix différent de celui que la situation exposée recommande, ou l'absence d'une réponse dans un délai que je vous laisse le soin d'estimer raisonnable. Je ne doute pas que les Hénibeaumontoises vous attribueraient la pleine responsabilité d'une exception politique dans ce bassin minier : un maire d'extrème droite, et une vitrine nationale pour madame Le Pen.

 

Je vous prie de croire, madame la Secrétaire Nationale, en mon dévouement le plus sincère en faveur des 27 000 habitants d'Hénin Beaumont.

04:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.