Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 juillet 2015

Retrospective : "Pas de souci, tout va bien ..."

Premier d'une série d'archives, un article intitulé "Pas de souci, tout va bien ..." publié le 22 juillet 2008.

Les éléments retranscrits sont pour ma part à l'origine de la fin politique de Gérard Dalongeville.

Au delà des chiffres, des recommandations et des analyses, ce sont aussi les jeux politiciens qu'il fut possible d'observer et qui ne nous y trompons pas ont conduit Steeve Briois à faire un grand pas vers le fauteuil de maire qu'il occupe aujourd'hui.

______________

 

Gérard Dalongeville pourra tout au plus s’enorgueillir d’avoir réussi, hier soir, à provoquer le retour du FN, avec un Steeve Briois, caméra au poing, mais sans Marine Le Pen.

Pour qui en doutait encore, l’heure héninoise n’est plus à faire son Effronté…

Du moins serait-on tenté de le croire à la lecture du rapport rendu par la Chambre Régionale des Comptes du Nord-Pas-De-Calais.

Ce document budgétaire illustre sans conteste les disfonctionnements et errements que l’Alliance Républicaine n’a eu cesse de dénoncer depuis de trop nombreuses années. Un florilège de considérations, d’observations, de recommandations. Les responsabilités apparaissent clairement, et ce malgré l’usage d’un langage administratif policé auquel la CRC est assujettie.

déficit.jpg

UN CONSTAT SANS APPEL

12 778 853 € de DEFICIT FINANCIER

Le caractère non sincère des résultats et budgets votés par la majorité municipale

Et pour y remédier :

1) une augmentation des produits de la fiscalité locale dés 2008 de l’ordre de 24% maintenue à ce niveau en 2009, 2010 et 2011.

2) la conduite d’une politique de gestion des ressources humaines de long terme compatible avec les moyens financiers de la commune

3) une réduction du montant des charges de gestion courantes

4) la recherche de cessions d’actifs municipaux, (sachant toutefois que cette ressource ne peut résoudre le manque de financement propre à la section de fonctionnement)

Et s’il est encore un doute sur les capacités de gestionnaire de Monsieur Gérard Dalongeville, ces quelques observations devraient permettre de les lever. Ainsi, sur la méthode, l’avis de la CRC est tout aussi précis et les exemples nombreux :

- le maire a engagé au cours de l’année 2007 comme en 2006 plus de dépenses de fonctionnement que ne l’autorisait le budget arrêté (soit 2,2 M€ rien que pour l’année 2007) …

- le financement des besoins récurrents et de court terme par des ressources ponctuelles et non renouvelables caractérise une situation financière dégradée.

- la qualité de l’inventaire des immobilisations fait peser un doute sur le niveau réel des amortissements à assumer par la commune, probablement sous estimée

- depuis la dernière intervention de la CRC, les anomalies comptables ont atteint un niveau tel que l’assemblée délibérante ne dispose plus d’états financiers fiables

- la cession d’un bâtiment communal dans les Landes est surestimée (1,6 M€ pour la municipalité, 0,8 M€ pour les Domaines)

- la prévision de recettes votée « Produits exceptionnels divers » s’établit à 50 000 € sans fondement particulier

- l’examen des dépenses engagées depuis le début de l’année 2008 fait apparaître qu’au moins 2 146 705 € de dépenses concernent en fait l’exercice 2007

- la commune a renégocié récemment 11 M€ d’encours de sa dette au profit de 3 emprunts dont le taux d’intérêt, après une période de taux fixe, est susceptible d’augmenter très fortement.

- l’hypothèse envisagée de transférer à l’agglomération d’Hénin Carvin du personnel et du patrimoine communal ne peut être retenue.

- le caractère limité d’un plan de redressement proposé par la commune ne plaide pas pour la viabilité de cette option

Face à un tel panorama d’incompétences, il eut été de bon ton et fort logique d’adopter un profil bas. Il eut été …

La modestie ne fut point de mise ; jugez plutôt :

Ainsi, en l’absence de Jean Bernard Deshayes, adjoint aux finances bénéficiant de congés bien mérités selon Gérard Dalongeville (non non, vous ne rêvez pas), pour l’émissaire de service, JP Chruszez, la CRC ne parle que des trains qui n’arrivent pas à l’heure, le juge s’est fait plaisir et le rapport comporte de nombreuses erreurs. Le déficit ne serait que de 1,4 Millions d’€uros ….

Pour Jean Pierre, ce que pointe la CRC est un déficit budgétaire et non un déficit financier… que 8,8 M€ d’excédent d’investissement suffiront à résorber … Il s’en remet à la dynamique de la richesse fiscale comme d’autres aux jeux de hasard pour se sortir d’une mauvaise passe.

Tout juste consent-il à vouloir instaurer un comité de gestion (il conviendrait alors de s’interroger sur l’utilité d’une commission municipale des finances) et à procéder enfin au recrutement d’un contrôleur de gestion. Un bel engagement que nous pourrions résumer par un « croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer »…

Gérard Dalongeville, lui, s’interroge, demande une clarification remontant aux années 80 et 90. Ce même Gérard Dalongeville qui il y a peu reprochait aux conseillers de l’AR d’illustrer leur opposition à l’aide d’exemples concrets jugés inopportuns car appartenant à un passé pourtant si proche … Notre maire refuse d’endosser ne serait-ce qu’une infime partie de sa pleine et totale responsabilité !

bras.jpgGérard Dalongeville envisage l’augmentation du produit fiscal susceptible d’être induit par une augmentation de la population héninoise... De nouveaux arrivants qui à en croire cette modalité seront sans besoin et donc n’engendreront que de nouvelles recettes … et aucune dépenses communales … Chic chic chic…

Marie Noëlle Lienemann, oubliant manifestement au passage l’audit commandité (mais non communiqué) en 2001 par Gérard Dalongeville, se réjouit de ce rapport, permettant de mettre tout à plat. Et notamment une situation financière structurée autour de 2 réalités : 1,4M€ de déficit de fonctionnement, soit 3,4% du budget de la ville. Le reste relève pour sa part d’opérations d’urbanisme remontant à la nuit des temps que la CRC demande de solder…

Rien que quelques broutilles. Des broutilles qui paradoxalement apparaissent toutefois grandement suffisantes à Madame Lienemann pour appeler l’ensemble des conseillers de l’opposition républicaine à voter en faveur des délibérations présentées aux membres du conseil municipal ; craignant qu’une position différente ne soit perçue par la CRC comme un bel encouragement à saisir le Préfet pour une mise en œuvre des recommandations de son rapport. L’habileté politique de madame Lienemann est réelle mais déplorable. Elle est surtout désormais si prévisible. Les héninois prendront acte de sa caution politicienne apportée à Gérard Dalongeville. L’opposition aussi.

Il est probable que de telles réponses et attitudes dédaigneuses – pas la moindre attention, ni même un mot sur les 180 salariés municipaux dont les CDD n’ont pas été renouvellés ! - ne pourront nourrir « l’amitié » liant la ville d’Hénin Beaumont à la CRC. Il est probable que le Préfet sera prochainement contraint de prendre des mesures pour répondre aux trop nombreuses dérives dalongevilliennes. En se défaussant lâchement, Gérard Dalongeville témoigne d’une incapacité à mettre en œuvre ce qui pourtant relève de simples tâches d’exécution !

Je les imagine déjà ces étudiants désireux d’exercer au sein de cette institution budgétaire plancher sur un sujet d’examen se rapportant à cette situation héninoise : 12 M€ de déficit en 2004, puis 12,7 M€ en 2008. J’en imagine certain s’interrogeant sur la plausibilité des chiffres annoncés et des méthodes « comptables » usitées. L’homme des 85% deviendra de force ou de gré celui des 100% et des 25 millions de déficit ! Un joli record en la matière …

Une performance dont le traitement ironique ne peut pourtant atténuer la légitime colère de celles et de ceux qui dés demain devront se préparer à subir l’impact d’une gestion financière calamiteuse. La gestion d’un homme privilégiant le dédain et la provocation à l’écoute et à la réalité des faits. Une dette financière doublée d’une dette morale. Celle contractée auprès des populations notamment les plus fragiles qui subiront les baisses drastiques d’un budget communal dévolu au social. Une dette politique enfin envers l’ensemble des héninois trompés, des commerçants, des contribuables dont la grande majorité ne sont nullement des gens privilégiés... Chaque élu de la majorité dalongevillienne, y compris les absents du soir (messieurs Noël, Deshayes et Duberger notamment) ne pourra pas ne point s’en prévaloir !

La CRC avait hier soir pour la majorité municipale des allures de chambre régionale des CONTES. Pas certain toutefois que cette histoire pourra se terminer par un « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ».

Non l’heure n’est vraiment plus à faire l’Effronté. L’heure est aux responsabilités. Je suis convaincu que l’AR se tient depuis bien longtemps à les assumer pleinement. Il est acquis désormais, pour ma seule part, que les décisions d’un Tribunal Administratif saisi, même déclarant inéligible Gérard Dalongeville, n’apporteront budgétairement rien de plus à ce bilan financier catastrophique.

Il est des situations où la satisfaction d’avoir eu raison très tôt est bien mince … La démission des responsables ne provoquerait aucune joie. Elle n’est nullement un objectif. Elle n’est qu’un moyen, certes indispensable, pour s’apprêter à relever l’énorme défi et à répondre enfin aux préoccupations de tous.

Plus qu’un déni de responsabilité, c’est avant tout et surtout une belle occasion de restaurer l’image de la ville d’Hénin Beaumont qu’ont manqué Gérard Dalongeville et son big bazar !

Prochaine représentation en septembre.

PP

04:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.