Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 juillet 2015

Kulun mouton

L'actualité se montre parfois suffisamment hasardeuse pour établir un lien de causalité entre deux faits pourtant distincts. De quoi pousser à la recherche d'un bon mot.

Comment ne pas imaginer un Pierre Desproges nous dire avec la pointe d'ironie qui lui seyait si bien que madame eut incontestablement le bon goût d'attendre que la mort donne RDV à Alain De Greef pour elle s'en aller en faire autant avec les chti mi et les picards ?

Alain De Greef n'est donc plus et à travers lui c'est tout une période du tube cathodique qui ressurgit : celle  des années 80-90.

Le souvenir d'une tonalité qui ne s'embarrassait que très rarement de faux semblants pour dénoncer avec intelligence les situations injustifiables ou préoccupantes.

Nous en sommes aujourd'hui bien loin et désormais le recours aux tribunaux semble être devenue monnaie courante.

Gare au gorille ou à quiconque qui oserait exercer son droit à la différence, d'opinion notamment.

 

Ici, en tout cas, il n'est guère difficile  de comptabiliser les réactions disproportionnées d'individus peu enclins aux critiques dont ils  font l'objet. Comme quoi ils peuvent être capables de quelques économies en ne nous faisant aucun cadeau.

L'accalmie d'une dernière séance  peut apparaître aux yeux de certains comme une bonne chose, voire une victoire politique de ceux qui n'ont pas manqué de dénoncer, comme nous le fîmes , l'atmosphère surréaliste régnant au sein d'une instance censée débattre et délibérée.

Mais elle peut aussi être perçue comme un leurre à l'approche des régionales et de l'intérêt à ne voir braquer les caméras et micros que les jours de marché.

 

Madame briguera donc le fauteuil pour s'en faire un tremplin. 

Maigre consolation pour ceux qui, sans jamais se compromettre, et depuis tant d'années ont alerté de ce qu'il pourrait advenir si rien n'était  entrepris ici et sur ses environs.

Nous y sommes, et l'exception  d'hier ne semble plus, comme par enchantement - et si tenté que l'on puisse ainsi parlé - être exceptionnelle.

 

En décembre prochain, c'est un régime ultra salé qu'il faudra s'imposer. 

Mais passé l'hiver et quand bien même le printemps qui suit s'avérait fort rigoureux, il ne devrait guère être difficile de laisser aux  gourmands le rab de cette soupe à la grimace que depuis trop longtemps on nous sert.

Parce qu'indéniablement, il s'en trouve encore pour dédier leur temps et énergie à "kulun mouton".

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x9ad8o_guignols-kulunmouton_fun

 

04:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.