Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 avril 2015

Rodomontades

L'article ci-dessous date de ce 30 mars. Il est signé Laure Cordelet, citoyenne de Beaucaire. Nous le reproduisons avec son aimable autorisation et nous vous invitons à découvrir son blog regardsbeaucaire.blogspot.fr/2015/03/rodomontades.html?sp....

 

 

RODOMONTADES

 
 

 

Hier soir le Front National a sablé le champagne dans le canton de Beaucaire. Le binôme Jean-Pierre Fuster/Sandrine Corbière arborait le grand sourire des jours de fête tout comme les élus municipaux qui piaffaient de joie ! Si Julien Sanchez a fait preuve de plus de retenue il était manifestement heureux de cette victoire, et ma foi on ne pouvait pas lui en vouloir. Car après tout c'est lui qui a mené campagne pour ses candidats et il l'a fait comme les fois précédentes avec brio, acharnement, et une présence sur le terrain qui a beaucoup plu aux habitants du canton.

Cela c'est une particularité du Front National sur laquelle les autres partis politiques feraient bien de prendre exemple s'ils veulent remonter dans les indices de satisfaction du peuple français. Aussi bien sur le plan national que local. On n'amène pas les gens à voter, et à voter pour vous, en traitant une campagne confortablement assis dans son bureau, scotché à ses dossiers en cours et à son ordinateur ! On ne mène pas campagne sans rencontrer les électeurs, sans les écouter, sans se soucier de leurs attentes. S'il est évident que le Front National brandit son programme populiste à tout bout de champ comme unique justificatif il est exact qu'en face aucun parti n'a su contrer cela avec intelligence. Ce n'est pas uniquement en démontrant encore et encore les aberrations dudit programme et en hurlant au loup qu'il était possible d'influer sur l'électorat de base. Lui donner les outils pour jouer les victimes c'était une erreur de débutants en politique à peine croyable ! Même justifiée cette démarche n'était pas et ne sera jamais la bonne. Non cela c'est le rôle des associations antiracistes, des comités de vigilance et des cercles de réflexion citoyenne. Et c'est ce que nous nous sommes employés à faire les uns et les autres avec succès, rencontrant parmi les populations que nous touchions un écho très favorable.


Le rôle des partis politiques est de concevoir un programme qui réponde aux attentes des français, qui propose de vraies solutions à de vrais problèmes et qui soit suffisamment clair pour être compris de tous. Autant dire qu'il y a du pain sur la planche ! A cela doit impérativement s'ajouter une campagne de terrain, une présence locale majeure et suivie (réunions publiques, rencontres/débats) en sus des traditionnels tractages sur les marchés et autres boîtages... La majeure partie des tracts et programmes vont directement à la poubelle, le français lambda ne s'emmerde pas à lire ! Lui il veut parler et qu'on l'écoute, il veut poser des questions et qu'on lui réponde, il veut se sentir concerné ! Il veut boire un coup au bistrot avec les candidats, avec les élus, il veut avoir le sentiment d'exister et de ne pas être un simple numéro sur une carte d'électeur.

Si on examine de près cette désastreuse campagne pour les départementales nous en sommes très très loin ! Autant le dire sans fioritures : les seuls candidats qui ont fait tout cela sont ceux du Front National. Alors certes ils n'ont pas de programme applicable aux problématiques locales, mais le fourre-tout qu'ils servent à leurs électeurs est très bien construit et parle directement à leur porte-monnaie pour ne pas dire à leur cœur ! Déplorable ? Sans aucun doute. Dommageable ? Evidemment. Rentable ? Quand on se penche sur les scores réalisés par les plus improbables d'entre eux on ne peut que se rendre à l'évidence... Alors bien évidemment l'UMP pavoise, le PS fait profil bas (encore que...) et les autres sont quasi inexistants. Nous parviennent dans le paradis affiché de l'extrême-droite les éclats de voix de la Ligue du Sud qui entend bien pourrir la vie de Marion Maréchal Le Pen et de ses acolytes, cela met un peu de baume au cœur mais ne suffit pas à adoucir le choc.

Au vu des rodomontades dont nous gratifient les acteurs politiques majeurs de notre politique nationale, tièdement imités par leurs décideurs locaux qui ne semblent plus croire eux-même à ce qu'ils nous ressassent la seule réponse qui vient à l'esprit a le mérite d'être sincère à défaut d'être politiquement correcte. En gros cela donne un truc très cru du genre : "Allez vous faire foutre ! Fini de nous prendre pour des abrutis ! Vous nous avez mis dans la merde, à vous de la nettoyer pour nous en sortir !" Oui je le sais ce n'est guère délicat... Mais aux grands maux les grands remèdes, et aux grands désastres politiques les grands coups de gueule n'est-ce pas ? Il est sain de temps à autre de donner un coup de pied dans la fourmilière pour déloger les inutiles et y reloger un peu d'espoir.

Quid sur le plan local ? En sus de vivre dans une ville Front National nous voilà tenus d'y ajouter notre canton. La politique intercommunale promet de nous servir de grands moments de solitude... Nous échappons fort heureusement au basculement de notre département trop à droite, mais il vire tout de même de bord et il n'est pas certain que cela favorise les avancées que nous souhaitons, nous habitants lambdas directement concernés par les décisions qui seront prises. Je les entends d'ici les uns comme les autres prêts à se rejeter la faute des erreurs commises et des attentes déçues, continuant à faire le jeu des frustrés de tous bords qui grinceront des dents en se jurant de se venger aux prochaines élections. Neuf mois avant les régionales, mesdames et messieurs les politiques ! Neuf mois pour accoucher d'un vrai programme et faire votre retour sans vous complaire dans une culpabilité non constructive. Il va de soi qu'au Front National on a déjà le programme tout chaud sous la main prêt à être imprimé, diffusé, martelé ! Alors cette fois n'allez pas vous imaginer que vous vous en sortirez mieux en gardant vos bonnes vieilles méthodes. Nous n'en voulons plus. Et nous ne nous laisserons plus abuser.

Que Julien Sanchez ne s'endorme pas non plus sur ses lauriers. Des 10 candidats issus ou proches de sa majorité seuls deux s'en sont sortis avec les honneurs. Il n'y a pas non plus de quoi faire la danse de la victoire, ce serait quelque peu exagéré... Sur un plan purement humain s'il est toujours triste de voir déçues les attentes des perdants il semble évident que le temps est venu pour eux de se remettre en question. Parce que soyons clairs et appelons les choses par leur nom : ils n'ont pas bien fait leur job ! Une fois de plus. Et cela nous saurons nous en souvenir... Alors que les élus de notre municipalité, ceux de la majorité mais aussi les autres, ne s'y trompent pas ! Ceux d'ici le savent, les grands coups de gueule et les coups de pied au cul cela connaît bien les beaucairois ! Ils l'ont fait et ils le referont.

04:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.