Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 mars 2015

Communiqué de la LDH

Élections départementales

La Fédération du Pas-de-Calais de la LDH et la section d’Hénin-Carvin appellent à

refuser la tentation du vote extrémiste

À la veille du second tour des élections départementales, la Fédération du Pas-de-Calais de la LDH tient à mettre en garde les électeurs contre la tentation pour tous les déçus de la politique et les citoyens en colère de porter leurs suffrages sur les candidats d’extrême droite, qu’ils soient labellisés FN, rassemblement bleu marine ou autre.

Les prochains conseillers départementaux élus ce dimanche 29 mars auront à prendre des décisions qui concernent notre vie quotidienne à tous qu’il s’agisse des collèges fréquentés par nos enfants ou nos petits-enfants, des transports, de la vie associative, du logement et des aides sociales, de la culture, ce qui a été un peu perdu de vue tant les discours ont pris une tournure nationale.

Certes ce sont les électeurs qui auront le dernier mot, c’est la règle en démocratie à condition toutefois qu’ils puissent décider en toute connaissance de cause.

Or, à force de marteler que« droite-gauche, c’est pareil », à force de dénoncer« l’UMPS », le FN ferait presque oublier ce qu’il est réellement et comment il se comporte, lui, quand il est aux affaires. Ainsi à Hénin-Beaumont, ville gérée depuis un an par le FN.

Loin de la vision idyllique d’une gestion « en bon père de famille », les premiers mois d’exercice du pouvoir local révèlentle vrai visage du parti d’extrême droite :

 Derrière les sourires et les paillettes des fêtes populaires, ou encore les annonces de réduction d’impôt et les promesses d’embellissement de la ville, le Comité Citoyen de Vigilance Républicaine a pu constater ces derniers mois :

-L’éviction de la LDH de son local de permanence et la suppression de sa subvention. La municipalité FN a pris la même décision à Mantes-la-Ville.

-De graves ingérences dans la vie associative au point d’aller jusqu’à remettre en cause l’élection d’un président d’association démocratiquement élu et de demander son remplacement par un autre sans doute plus« politiquement compatible ».

-Des menaces de poursuite en justice, voire des assignations visant tous ceux qui tentent de faire entendre des voix dissidentes (comme l’ancien maire ou un autre élu d’opposition).

-Un acharnement impitoyable à l’encontre des élus d’opposition systématiquement humiliés, élus qui ne sont même pas destinataires des invitations de la mairie aux différentes manifestations.

-La mise en cause personnelle en conseil municipal et des demandes de sanction visant une directrice d’école.

-L’interdiction faite à un conseiller municipal d’opposition d’assister aux cérémonies patriotiques au prétexte qu’il est membre du Parti communiste.

-La publication d’un arrêté anti-mendicité agressive dont la justice, saisie par la LDH nationale, a ensuite exigé la suspension.

 

Est-ce ainsi qu’ils conçoivent le respect de la démocratie ?

 

On a également vu se multiplier sur les réseaux sociaux des publications scandaleuses et cela dans tout le département, émanant de suppléants à des candidats FN. Ici l’un d’eux fait figurer sur le drapeau de la République la francisque, symbole du Gouvernement de Vichy (rappelons que ce sont les miliciens de l’Etat Français au service du Maréchal Pétain qui avaient fusillé l’ancien président national de la LDH, Victor Basch), là un autre publie des photomontages s’en prenant expressément aux Musulmans et à l’Algérie.

Faut-il le redire ? Ces ignominies ne relèvent pas de la liberté d’expression mais bel et bien d’une pensée xénophobe. Rappelons que la diffusion de propos et d’images racistes constitue un délit aux yeux de la loi française.

Même si ces provocations ont été désapprouvées par des responsables FN, certains candidats qui avaient déclaré « liker »ces infamies sont toujours en position d’éligibilité au second tour.

 

Imagine-t-on de telles personnes représenter dignement notre département ?

Est-ce vraiment cela que veulent les électeurs ?

 

« Votez patriote ! », disent-ils. Certes la France est un beau et grand pays dont on admire encore de par le monde ce qu’il a apporté de mieux :

la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

C’est cette France-là, celle qui s’est dressée le 11 janvier dernier pour défendre les valeurs de la République, pour défendre la liberté d’expression qui doit continuer à rayonner.

 

Quelles décisions prendraient demain les conseillers départementaux FN, s’ils étaient élus ?

Ils commenceraient par s’en prendre aux associations, comme ils ne se cachent pas de le dire au niveau national et comme ils ont déjà commencé à le faire ! Quelle attitude adopteraient-ils en matière d’aide sociale et de RSA ? Quelle politique mèneraient-ils dans le domaine culturel ?

 

À Hénin-Beaumont, la LDH a été expulsée dès la prise de pouvoir du FN. Le reste a suivi.

Personne ne pourra dire demain : « on ne savait pas. »

 

 

Nous en appelons à la mobilisation de toutes et tous,

y compris de ceux et celles qui se sont abstenus au premier tour.

Ne laissons pas l’extrême droite s’emparer des leviers de commande !

 

 

Pour faire barrage au FN

ALLEZ VOTER ET

VOTEZ POUR

dans le Canton de Carvin : Daniel Maciejasz et Patricia Rousseau

dans le canton Hénin 1 : Jean-Pierre Corbisez et JM Dubois

dans le canton Hénin 2 : Jean Urbaniak et Sabine Van Heghe

 

04:30 Publié dans Ligue des Droits de l'Homme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.