Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 mars 2015

Le trésorier du microparti de Marine Le Pen mis en examen

Axel Loustau est soupçonné d'avoir participé à un schéma d'enrichissement illicite du microparti Jeanne et de l'entreprise Riwal, au détriment de l'Etat.

La pression judiciaire est montée d’un cran autour de Jeanne, microparti lié au Front National, dont le trésorier Axel Loustau a été mis en examen pour escroquerie, selon l’AFP. Ce rebondissement s’inscrit dans une enquête ouverte en avril 2014 pour «escroquerie en bande organisée» et «faux et usage de faux», puis élargie à des faits d'«abus de biens sociaux» et de «blanchiment en bande organisée». Menée par les juges Van Ruymbeke et Buresi, la procédure avait déjà conduit à la mise en examen, fin janvier, de Frédéric Chatillon, ami de Marine Le Pen et dirigeant de la société de communication Riwal, l’un des principaux prestataires de services du FN.

Créé en 2010, Jeanne est un microparti à vocation exclusivement financière, dirigé par des proches de Marine Le Pen. Il propose notamment aux candidats frontistes des prêts leur permettant d’acheter des kits électoraux. Conçus par Riwal, ceux-ci contiennent tout le matériel nécessaire pour mener campagne, des affiches aux bulletins de vote en passant par un site internet. Les candidats ayant atteint un seuil de voix suffisant peuvent ensuite se faire rembourser sur fonds public les frais engagés.

Alertée par la Commission nationale des comptes de campagne, la justice cherche à déterminer si ce système ne débouche pas sur un enrichissement illégal de Jeanne et de Riwal au détriment de l’Etat. L’enquête porte sur les élections cantonales de 2011, ainsi que sur la présidentielle et les législatives de 2012. Les juges envisagent que les kits de campagne (facturés à plus de 16 000 euros lors des législatives) aient pu être vendus très au-dessus de leur valeur réelle. Ils s’interrogent également sur le rôle bancaire tenu auprès des candidats par Jeanne, dont le taux d’intérêt de 7% est supérieur à celui des banques traditionnelles. Une partie de ces intérêts a, elle aussi, été remboursée par l'État.

La suite sur : http://www.liberation.fr/politiques/2015/03/20/le-tresorier-du-microparti-de-marine-le-pen-mis-en-examen_1224951

23:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.