Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 février 2015

Mise en examen d'un proche de Marine Le Pen : Steeve Briois pouvait-il ne pas savoir ?

Il y a quelques jours nous relayions une information de RFI faisant état de la mise en examen d'un proche de Marine Le Pen pour «escroquerie», «faux et usage de faux» et «abus de biens sociaux». Frédéric Chatillon, c’est son nom, est au cœur d’une enquête sur le financement de plusieurs campagnes du FN.

C'est sur la base de ces éléments, que nous avions invité Steeve Briois à répondre à nos 3 questions suivantes 

1) Etes vous informé des pratiques sur lesquelles reposent la mise en examen d'un proche de Marine Le Pen ?

2) Estimez vous que cette affaire ne vous concerne pas ?

3) Pensez vous qu'il s'agirait là d'un complot visant à salir Marine Le Pen ?

 

image.jpg

à droite Frederic Chatillon 

 

Nous estimions en effet et continuons d'estimer qu'il est pour le moins une obligation d'exemplarité politique pour quiconque a pu discourir sur les pratiques financières de Gérard Dalongeville - et nous en sommes - ou revendique un rejet total de l'affairisme privé qui s'en va parfois pervertir l'exercice de celles et de ceux qui ont reçu mandat pour agir au nom et en faveur de l'intérêt général (et nous en sommes aussi).

Un 1er constat s'impose : de réponse de Steeve Briois nous n'avons pas eu. Le contraire nous eut il est vrai étonné.

Ceci étant, ces 3 questions n'en demeurent pas moins légitimes mais aussi d'actualité. 

Mediapart revient notamment sur cette mise en examen et précise que "Malgré son statut de « microparti », Jeanne reste étroitement contrôlée dès l’origine par l’organisation frontiste, via deux hommes : Jean-François Jalkh, vice-président du FN en charge des élections, nommé secrétaire général de l’association ; et Steeve Briois, le maire d’Hénin-Beaumont, secrétaire général du FN jusqu’en novembre, et mandataire financier de Jeanne."

A nos 3 questions pourraient s'en ajouter bien d'autres auxquelles Steeve Briois n'aurait alors d'autre choix que d'y répondre, si d'aventure un juge venait à les lui poser.

Et à défaut de pouvoir être affirmatif, avancer l'hypothèse selon laquelle il serait de bon ton de discréditer la presse nationale et locale pour préparer l'opinion publique héninoise à douter de ce que la VDN, notamment, pourrait rapporter sur cette mise en examen.

 

03:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.