Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 janvier 2015

Bassin miné ... d'espoirs

J'ai pris le temps de visionner le documentaire "Bassin miné" signé Edouard Mills. 

Le temps nécessaire pour prendre notamment mes distances avec les retours qui m'en furent faits mais aussi, peut être, avec mon 1er bilan post mars 2014. Un besoin d'objectivité en quelque sorte.

Je ne rentrerai pas dans ce qui pour ma part ne peut être un débat : savoir si la prégnance de représentants du front de gauche et l'oubli d'autres acteurs héninois font de ce doc un film partisan.

L'enjeu est ailleurs et j'en suis certain beaucoup plus important.

De ce "bassin miné", je retiendrai les points suivants.

Le "on va y aller et c'est tout" de Madame Gonzalez exprimé le lendemain du 1er tour. Je connais cette motivation ; elle est, dans son intensité comparable à celle qui m'anime. Elle n'a rien d'extraordinaire mais elle est indispensable.

Ce documentaire est un miroir impitoyable et donc utile. Il nous renvoie tous à ces douloureux souvenirs mais aussi il met en exergue les "Pourquoi" des résultats de mars dernier dont on ne peut pas résolument feindre l'existence quand on désire être honnête.

Une vision très clair également sur ce qu'est le FN à la sauce locale, bien loin des images proprettes véhiculées par ses têtes d'affiche. Des méthodes qui ne sont pas pour partie sans rappeler celles autrefois pratiquées par Gérard Dalongeville.

Édouard Mills au sujet duquel S. Briois disait "Je n’oublierai jamais la haine dans ses yeux. Violente et froide. La haine de celui qui est démasqué." C'est "amusant", comme il nous serait aisé de lui retourner cette politesse. Plusieurs passages et arrêts sur image sont pour le moins forts significatifs.

Mais "Bassin miné" est aussi un documentaire dans lequel il est amplement possible de nourrir nos espérances. D'une part parce que les Héninois ne sont pas aussi bœufs que ce que certains aiment à le croire.

Mais aussi et d'autre part, parce que chacun dispose du droit de faire d'Hénin Beaumont  " le laboratoire de la riposte au FN".

C'est bien évidemment la voie sur laquelle j'ai choisi de m'engager et j'oserai dire depuis 2007. 

Avec toujours cette certitude que le combat ne pourra être victorieux que s'il est mené avec une seule ambition en tête (se débarrasser du FN), un objectif unique pour visée (la construction d'un projet de territoire crédible qui place l'intérêt commun au cœur de toutes les préoccupations), un objectif supplantant toute logique partisane, toute ambition ou revanche personnelle.

Que si de dynamique collective il peut et doit y avoir, son moteur ne pourrait être que citoyen, et ce afin de garantir la bonne fonctionnalité du  cadre défini ci-avant.

Qu'en l'état, soit 9 mois après l'arrivée de Steeve Briois en mairie, rien apparemment, à l'exception de la création d'Hénin Beaumont Action n'a véritablement changé sur la scène politique locale. 

Que cet immobilisme est hautement dommageable pour qui aspire au changement d'une majorité frontiste qui pourtant et d'ores et déjà est bien loin d'être irréprochable et intouchable.

 

image.jpg

 

 

 

 

 

 

05:35 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Mme Rodriguez ?

Écrit par : Flahaut | jeudi, 15 janvier 2015

En présentant mes excuses à madame Gonzalez.

Écrit par : PP | jeudi, 15 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.