Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 décembre 2014

Quartiers d'Hiver

Le temps de quelques jours, Alter Echo prend ses quartiers d'hiver pour vous revenir en pleine forme en 2015.

05:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

jeudi, 25 décembre 2014

Joyeux Noël

1ed65228.jpg

JOYEUX NOËL

05:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mercredi, 24 décembre 2014

Hénin Beaumont Action, la ville que nous aimons !


05:42 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 23 décembre 2014

Occupez vous de mes ennemis, mes amis je m'en occupe...

Je suis régulièrement interpellés sur ce blog par de courageux anonymes dont la préférence frontiste apparaît manifeste.

L'objet de leur courroux : la mise à nu de ce qui pour ma part constitue paradoxe et incohérence dans les discours et pratiques de leurs représentants préfères.

Viendra prochainement le temps où ce travail sera assuré par d'autres parmi lesquels et principalement des 1er couteaux de l'appareil FN.

Je recommande l'article du Point publié ce 19 décembre - repris ci dessous dans sa quasi intégralité - à ces  anonymes. Je les invite à faire part, avec la courtoisie qui les caractérise, de leur énervement à la principale intéressée une dénommée Le Pen.

Je leur souhaite une bonne lecture.

 

 

Marion Maréchal-Le Pen, "l'emmerdeuse"

"Être dans le vent, une ambition de feuille morte". Si Marion Maréchal-Le Pen reprend à son compte le bon mot de Gustave Thibon, c'est parce qu'elle fulmine. La jeune élue du Vaucluse a beau habiller sa colère de sa gaieté habituelle et de sourires enjôleurs, elle bouillonne. Elle a bien retenu une leçon que lui a enseignée son grand-père Jean-Marie Le Pen : ne jamais s'écraser ni se taire quand elle se sent humiliée. Même quand c'est la patronne du FN Marine Le Pen qui est visée. C'est pourquoi Marion Maréchal-Le Pen publie cette semaine dans les colonnes de Valeurs actuelles une tribune pour protester contre la nomination au sein du Rassemblement bleu marine de Sébastien Chenu, ex-militant UMP et fondateur de GayLib (mouvement pour l'égalité des droits des personnes LGBT). "La sexualité n'est pas un programme politique, pas plus que l'origine ou la religion", écrit l'élue. Dénonçant le "communautarisme militant", elle exhorte tout un chacun à cesser d'afficher "les spécificités comme un étendard dans des représentations communautaristes aussi ridicules que la Gay Pride..." Le transfuge de l'UMP Sébastien Chenu appréciera... Si Marion Maréchal-Le Pen a pris la plume, c'est parce qu'elle doute de la sincérité de son engagement et craint un supposé comportement communautariste.

Au passage, la députée sort la mitraillette et tire sur ces dirigeants frontistes qui ont osé saluer la défaite "des obscurantistes et des rétrogrades" du FN après l'arrivée de Chenu. En lisant cette citation dans les colonnes de L'Opinion, Marion Maréchal-Le Pen s'est étranglée de rage. "De tels propos ne peuvent rester sans réponse", se convainc-t-elle. Dans sa tribune, elle condamne donc ceux qui "terrorisent intellectuellement l'adversaire par la morale, et non par les arguments politiques". "Tout est bon pour détruire l'identité culturelle, juridique, historique de la France, cette nation conservatrice, réactionnaire, rétrograde, voire franchement obscurantiste. Ces nouvelles insultes marquent du sceau de l'infamie politique quiconque en est frappé", écrit-elle dans sa tribune.

À tout juste 25 ans, la jeune mère d'une petite Olympe entend se faire respecter, n'hésite pas à affirmer ses différences et à bousculer la stratégie de sa tante. Celle qui est devenue une icône de la lutte contre la loi sur le mariage gay - elle a participé à toutes les Manifs pour tous - a choisi de se servir de sa plume pour rassurer les sympathisants et militants FN déstabilisés par l'arrivée de Chenu. "Le fondateur de GayLib rejoint Marine Le Pen et pendant ce temps Nicolas Sarkozy nomme à l'UMP Madeleine Bazin de Jessey, une proche de la Manif pour tous", glisse un cadre frontiste pour résumer le dépit ressenti par certains. 

D'autres dirigeants s'inquiètent aussi de l'arrivée du "communautarisme militant", tels que Bruno Gollnisch, Louis Aliot, Marie-Christine Arnautu ou Aymeric Chauprade. Tous ont découvert "avec stupéfaction" la photo de Chenu posant à côté de Pascal Houzelot, le fondateur de Pink TV, lors d'un défilé en faveur de la procréation médicalement assistée (PMA). "Pour Chenu, il y aura l'épreuve du temps, de son positionnement politique, qui, je l'espère, est sincère. Il y a eu une décision tranchée de la présidente, alors, voilà, cela s'arrête là", a appuyé Marion Maréchal-Le Pen jeudi au micro des Grandes Gueules de RMC. Malgré les protestations, aucun dirigeant n'a franchi la ligne rouge : l'autorité de Marine Le Pen est incontestée. "Lors de cet épisode, Marine a réaffirmé son autorité. Personne n'a la moelle ni le gabarit pour s'opposer à elle. Personne n'a démissionné", analyse un proche de l'ex-candidate à l'Élysée.

Entre Marine Le Pen et sa nièce députée du Vaucluse, le torchon brûle depuis plusieurs semaines. Marion Maréchal-Le Pen avait déjà été déçue d'être rayée de la liste des intervenants lors d'une table ronde sur l'ancrage local au congrès du FN à Lyon fin novembre. Elle avait aussi désapprouvé la décision de Marine Le Pen de réintégrer Maxime Buttay, élu municipal converti à l'islam mis en cause pour "prosélytisme".

 

04:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 22 décembre 2014

Bonnes fêtes de fin d'année

hba.jpg

03:10 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

samedi, 20 décembre 2014

Tolérance zéro, pour le FN aussi ?

Le Tribunal administratif de Strasbourg a suivi ce vendredi matin les réquisitions du rapporteur public : le maire Front national d’Hayange - également conseiller politique de Marine Le Pen en charge du «dialogue social» - est condamné à un an d’inéligibilité et ses comptes de campagne sont rejetés.

Le tribunal a en effet estimé qu'il avait « commis un manquement d'une particulière gravité aux règles relatives au financement des campagnes électorales ».

Fabien Engelmann a décidé de faire appel devant le conseil confirmant ainsi son intention d'avant jugement de n'e pas démissionner s'il était condamné. Il a fait part en outre de sa volonté d'être candidat aux départementales en 2015.

Une démarche et un climat qui ne devraient pas manquer de rappeler aux Héninois quelques récents souvenirs.

Un maire qui manifestement semble toujours soutenu par Marine Le Pen et le Front national. Et pour cette dernière de qualifier d'ailleurs de décision féroce la décision rendue par le tribunal.

Le "tolérance zéro" si cher au FN  accepterait-il déjà, 9 mois à peine les quelques succès frontistes aux dernières municipales, quelques exceptions ...

L'exemplarité héninoise tellement promise s'en trouve pour le moins fort compromise et ce pour les 2 principales raisons suivantes.

Il n'existe pas en France et jusqu'à preuve du contraire de circonstance aggravante lorsque les faits jugés relève de la responsabilité d'un élu frontiste. Le qualificatif "féroce" usitée par Marine Le Pen ne relève pas du hasard puisqu'il peut être de nature à laisser penser qu'il existerait une exception juridique qu'il conviendrait d'appliquer en la défaveur du FN. 

Les règles valent bien évidemment pour tous et le simple fait de relativiser ce qui est jugé suffit pour retirer toute crédibilité aux slogans de ceux qui aiment à se présenter comme des chevaliers blancs.

Mais aussi parce qu'il me semble utile de rappeler que dans cette affaire, l'ex 1ère adjointe de la ville d'Hayange,  sans qui d'affaire il n'y aurait probablement pas eu, s'était rendue le 16 août à Hénin-Beaumont, où elle y fut reçue par Steeve Briois. La suite, telle que rapportée, par Libération, pourrait laisser plus d'un Héninois pantois sur le sens des priorités de Steeve Briois. 

"Lors d’une conversation téléphonique que Libération a pu écouter, Briois réclame le dossier en promettant de le transmettre à Marine Le Pen. Marie Da Silva envoie les pièces. En retour, un mail de la présidente du FN, le 27 août, la «priede ne prendre aucune décision avant le bureau politique» prévu deux jours plus tard. Manière de gagner du temps alors que la commission des comptes de campagne s’apprête à statuer sur les comptes."

C'est toute la propagande de campagne de Steeve Briois qui à travers cette situation est interrogée. 

C'est aussi et pour ma part un élément supplémentaire confirmant la dimension disproportionnée de la charge menée cette semaine encore  Steeve Briois contre la VDN

 

05:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

vendredi, 19 décembre 2014

Marché de Noël 2014

 

DSC_1343.JPG

DSC_1313.JPG

DSC_1321.JPG

 

DSC_1323.JPG

DSC_1338.JPG

DSC_1315.JPG

04:19 Publié dans Hénin Beaumont La Vie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

jeudi, 18 décembre 2014

Autant vous le dire !

"Libre à chacun de ne pas vouloir se retirer la tête du fondement, mais continuer d'y tremper sa plume est plus grave : la Voix du Nord continue d'être un organe de propagande politique au détriment de toute déontologie et de toute éthique, nous le ferons savoir !"

Pour être franc, il pourrait être difficile de se montrer surpris si d'aventure se cachait derrière cette formulation la patte de Bruno Bilde, adjoint a la communication à Hénin Beaumont.

De cette pâte que le FN étale à chaque petite contrariété. 

Une énième réaction totalement disproportionnée, et qui semble être significative, à bien des égards, de l'action que Steeve Briois entend conduire, au delà de son différent du jour avec le Quotidien, à l'encontre de toutes sources et formes de dissonance et plus encore d'opposition.

Une réaction totalement démesurée qui fait suite à la publication de cet article : http://m.lavoixdunord.fr/region/henin-beaumont-ca-chauffe-dans-la-bouche-de-certains-ia34b0n2551782

Crime de lèse-majesté : une prise de distance avec le discours tenu par le FN, lui qui aime à dire de ce marché de Noël qu'il est un "carton incontestable" (chacun appréciera le sens de la mesure ...)

Prière en l'occurrence de ne pas se tromper de cible : la ville avance et nous pourrions ironiquement ajouté, dans le meilleure des mondes possibles.

 

Candide n'aurait certainement pas mieux dit mais Steeve Briois et Bruno Bilde devront s'y faire. Il leur sera difficile, si telle est leur intention, de prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages.

Une partie de ces gallinacés pourrait d'ailleurs faire l'objet d'une volée de bois vert à l'occasion du prochain numéro du bulletin municipal. 

Qu'ils se rassurent. Etre cité au "tableau d'honneur" est une très belle reconnaissance de la justesse de l'action que l'on entreprend. Certes il ne faut pas attendre un droit de réponse. C'est là sans doute une bien maigre contrepartie pour voir l'adjoint à la communication promouvoir la démarche de ceux qui ne se laissent pas bercer, à juste titre, par les discours d'autosatisfaction permanente. 

 

Dans ses relations avec la presse locale, Le FN n'en est pas ici à son 1er coup d'essai.

Cela n'en demeure pas moins, politiquement, toujours autant condamnable.

D'une part, parce que si d'aventure, le FN venait à utiliser de nouveau les moyens de communication municipaux au profit d'une propagande politicienne, nous aurions matière à alerter plus fortement encore tous les contribuables Héninois et à interroger quelques institutions indépendantes sur cette pratique douteuse.

D'autre part parce qu'à la lecture de nombreux articles parus dans cette même VDN, le FN aura bien du mal à  errer sur la voie de sa propre victimisation.

Qu'il est en France, et jusqu'à de plus amples informations, une liberté de la presse et qu'il convient de la préserver, dusse t'elle parfois susciter chez les lecteurs quelques grincements de dents.

Mais aussi et tout simplement parce que contrairement aux affirmations, (et répétition ne fait et ne fera pas vérité), tout ne va pas bien à Hénin Beaumont.

 

Qu'il suffit pour s'en apercevoir d'aller notamment et simplement à la rencontre de TOUS les Héninois. 

Que s'il est aujourd'hui des personnes satisfaites de l'action de Steeve Briois, il s'en trouve aussi qui manifestement éprouvent de sérieuses difficultés à être convaincues par le FN, y compris dans sa version héninoise que certains peuvent penser édulcorée.

Qu'il est parmi ces derniers, des citoyens, engagés ou non, de gauche comme de droite, et que ceci est incontestable et aisément vérifiable.

 

Par delà cette nouvelle charge du FN   héninois contre la presse apparaît très clairement un double constat :

1) Sa disposition aux sous entendus d'un autre temps.

Le "Nous le ferons savoir" de Steeve Briois n'est pas sans rappeler son "Je m'adresserai prochainement au personnel municipal et révèlerai un certain nombre de choses" écrit récemment à l'attention du représentant Héninois de FO" 

2) l'éloignement progressif chez Steeve Briois et ceux qui le secondent des fondamentaux du militantisme. N'est ce pas là le lot commun de ceux qui, usés par le pouvoir ou ne sachant qu'en faire véritablement, s'évertue à penser qu'il ne peut exister d'autre voix que la leur ?

Tant pis pour le FN, tant mieux pour Hénin Beaumont et ses habitants.

 

 

04:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mercredi, 17 décembre 2014

Homosexualité : quelle position pour le FN ?

Des méthodes de voyous ! La vie privée, c'est sacré !

 

C'est en substance la teneur du message délivré par Marine Le Pen à la presse suite à la publication il y a quelques jours de photos du numéro deux du FN, Florian Philippot, en compagnie d'un journaliste présenté comme son "ami".

 

Je ne participerai pas à ce qui pour ma part semble relever d'une indignation de bon aloi et de circonstance.

 

Il ne s'agit  pas, bien évidemment, de donner au "magazine" incriminé quitus de sa "politique" rédactionnelle. Une politique qui à certains égards peut présenter quelques similitudes avec la stratégie de communication déployée notamment à Hénin Beaumont par le FN : faire le buzz.

 

Je ne me joindrai pas à tous ceux qui à gauche comme à droite ont cru bon pousser un crie d'orfraie, et ce pour les différentes raisons suivantes.

 

Ce qui est présenté par la presse comme le outing de Florian Philippot peut bien évidemment revêtir sur le fond un intérêt politique (et non politicien). Et de rejoindre sur ce point précis Octave Nitkowski dans sa réponse à "Closer" (http://www.huffingtonpost.fr/octave-nitkowski/ma-reponse-a-closer_b_6319440.html) mais aussi de confirmer par la même le sens de plusieurs de mes écrits pointant la question de l'homosexualité au FN.

 

Parce qu'à l'instar d'un "je ne suis pas raciste, j'ai d'ailleurs un très bon ami arabe", il pourrait être d'autres raccourcis du type "je ne suis pas homophobe, j'ai d'ailleurs une très bonne amie homosexuelle", sur la base desquels toutes tentatives de généralisation de ces "nobles" sentiments deviendraient alors envisageables.

 

Des méthodes de voyous selon Marine Le Pen qui sans doute gagnerait alors à dire aux français ce que lui inspire l'article du Point qui en mai dernier  accusa "le chef de cabinet de Marine Le Pen de ficher les journalistes, en consignant des éléments de leur vie privée" (http://www.lexpress.fr/actualite/medias/le-fn-accuse-de-fouiller-le-passe-des-journalistes_1546827.html).

 

Sans doute Steeve Briois aurait il pu lui aussi réagir sur cette question et notamment suite à la mise en ligne d'un article dont je fis, en novembre 2009 l'objet. Un article aujourd'hui encore consultable dans les archives ... de son blog.(http://briois.ublog.com/weblog/2009/11/patrick-piret-%25C3%25A9tale-ses-probl%25C3%25A8mes-conjugaux-.html). 

Peut être eut-il fallu pour ce faire que je le remerciasse de ne pas avoir déposer plainte à mon encontre ?

 

Mais au delà de ces propos comment ne pas s'étonner pour le moins de l'actualité frontiste récente.

 

Et notamment, cet épisode rapporté par l'Est Républicain il y a moins de 2 mois : la convocation devant la commission des conflits du FN de son ex-candidat à la mairie de Nancy. Une procédure disciplinaire engagée contre ce militant ayant affiché son soutien à une association homosexuelle.

 

Un affichage sur lequel Bruno Gollnish n'avait pas manqué de réagir : « Autant dire que Pierre Ducarne - le militant en question - brouille singulièrement le message porté par notre Mouvement et déboussole beaucoup de nos électeurs quand la presse locale rapporte qu’il tenait le stand du Kreuji » et de continuer en s'interrogeant "Un membre candidat du FN peut-il légitimement participer à ce type d’initiative".

 

Nous aurions pu aussi évoquer le ralliement de Sébastien Chenu, fondateur de l'association GayLib, ancien responsable de l'UMP au Rassemblement bleu marine.

 

Pour Louis Alliot,  "on ne va pas faire la police de la braguette" au FN (http://www.huffingtonpost.fr/2014/12/12/louis-alliot-ne-va-pas-faire-police-de-la-braguette-ralliement-sebastien-chenu_n_6313392.html)

 

Ca tombe bien. Ce n'est en aucun cas ce qui ICI est demandé aux dirigeants du FN, notamment d' Hénin Beaumont.

 

Et comment pour conclure ne pas reprendre un extrait de la lettre adressée hier par l'ami de Florian Philippot à Closer : "Comme vous (la directrice du magazine), je pense qu’être homosexuel en 2014 ne devrait pas être un problème. Ce n’en est d’ailleurs pas un pour moi." Et l'auteur de préciser que "les causes gays [lui] sont chères, particulièrement la lutte contre l'homophobie."

 

Un propos sans ambiguïté sur l'homosexualité. 

Est ce trop demander au FN si ce n'est de partager cette prise de position d'être pour le moins sur ce même registre de la clarté et de la transparence ?

 

 

03:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 16 décembre 2014

6 Millions qui posent bien des questions.

Ce 14 décembre, l'Express titre "Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, aurait détourné 6 millions d'euros en 2012".

S'il convient encore de se montrer prudent, s'il importe à ce stade de ne parler que d'hypothèses, difficile toutefois de ne pas se souvenir des leçons de morale données autrefois par Marine Le Pen en conseil municipal.

Difficile également de ne pas avoir en mémoire les procédures judiciaires engagées par Steeve Briois, maire d'Hénin Beaumont, contre son prédécesseur (http://alterecho.hautetfort.com/archive/2014/12/10/pschiiiiiit-fn-5507748.html).

"D'après le Nouvel Obs, Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, a détourné 6 millions d'euros d'argent public à l'occasion des législatives de 2012. L'enquête vient d'être élargie à la présidentielle de 2012. 

L'information judiciaire sur Jeanne, le micro parti de Marine Le Pen, ciblé par la justice pour "escroquerie en bande organisée" et "faux et usage de faux", continue. D'après le Nouvel Obs, qui a enquêté sur les mécanismes permettant à cette structure politique d'afficher de juteuses recettes, sans que les dons des militants y soient pour grand'chose, les fonds détournés à l'occasion des législatives de 2012 pourraient s'élever à plus de 6 millions d'euros. "

La suite sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/jeanne-le-micro-parti-de-marine-le-pen-aurait-detourne-6-millions-d-euros-en-2012_1632399.html

 

04:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |