Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 décembre 2014

Tolérance zéro, pour le FN aussi ?

Le Tribunal administratif de Strasbourg a suivi ce vendredi matin les réquisitions du rapporteur public : le maire Front national d’Hayange - également conseiller politique de Marine Le Pen en charge du «dialogue social» - est condamné à un an d’inéligibilité et ses comptes de campagne sont rejetés.

Le tribunal a en effet estimé qu'il avait « commis un manquement d'une particulière gravité aux règles relatives au financement des campagnes électorales ».

Fabien Engelmann a décidé de faire appel devant le conseil confirmant ainsi son intention d'avant jugement de n'e pas démissionner s'il était condamné. Il a fait part en outre de sa volonté d'être candidat aux départementales en 2015.

Une démarche et un climat qui ne devraient pas manquer de rappeler aux Héninois quelques récents souvenirs.

Un maire qui manifestement semble toujours soutenu par Marine Le Pen et le Front national. Et pour cette dernière de qualifier d'ailleurs de décision féroce la décision rendue par le tribunal.

Le "tolérance zéro" si cher au FN  accepterait-il déjà, 9 mois à peine les quelques succès frontistes aux dernières municipales, quelques exceptions ...

L'exemplarité héninoise tellement promise s'en trouve pour le moins fort compromise et ce pour les 2 principales raisons suivantes.

Il n'existe pas en France et jusqu'à preuve du contraire de circonstance aggravante lorsque les faits jugés relève de la responsabilité d'un élu frontiste. Le qualificatif "féroce" usitée par Marine Le Pen ne relève pas du hasard puisqu'il peut être de nature à laisser penser qu'il existerait une exception juridique qu'il conviendrait d'appliquer en la défaveur du FN. 

Les règles valent bien évidemment pour tous et le simple fait de relativiser ce qui est jugé suffit pour retirer toute crédibilité aux slogans de ceux qui aiment à se présenter comme des chevaliers blancs.

Mais aussi parce qu'il me semble utile de rappeler que dans cette affaire, l'ex 1ère adjointe de la ville d'Hayange,  sans qui d'affaire il n'y aurait probablement pas eu, s'était rendue le 16 août à Hénin-Beaumont, où elle y fut reçue par Steeve Briois. La suite, telle que rapportée, par Libération, pourrait laisser plus d'un Héninois pantois sur le sens des priorités de Steeve Briois. 

"Lors d’une conversation téléphonique que Libération a pu écouter, Briois réclame le dossier en promettant de le transmettre à Marine Le Pen. Marie Da Silva envoie les pièces. En retour, un mail de la présidente du FN, le 27 août, la «priede ne prendre aucune décision avant le bureau politique» prévu deux jours plus tard. Manière de gagner du temps alors que la commission des comptes de campagne s’apprête à statuer sur les comptes."

C'est toute la propagande de campagne de Steeve Briois qui à travers cette situation est interrogée. 

C'est aussi et pour ma part un élément supplémentaire confirmant la dimension disproportionnée de la charge menée cette semaine encore  Steeve Briois contre la VDN

 

05:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.