Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 décembre 2014

Pour que les associations d'Hénin Beaumont nourrissent la réflexion d'une action publique locale

 

image.jpg

 

 

264 900 !

264 900, soit le nombre d'emplois associatifs qui à l'horizon 2017 pourrait en France disparaître ; et d'ores et déjà, la situation en 2016 et 2017 est annoncée comme particulièrement explosive.

Sombres perspectives que celles d'une période de restriction budgétaire qui n'est pas encore malheureusement à son "apogée".

Seront ou (pour les plus optimistes) seraient principalement concernées les associations de taille moyenne, dépendantes des financements publics et principalement de subventions municipales.

Ce sont en outre ces mêmes associations qui ne peuvent ou ne pourront par manque de moyens humains et/ou financiers répondre aux procédures de la commande publique.

Hénin Beaumont, pas davantage que les communes du bassin minier, de France ou de Navarre   ne pourra échapper à cette période de restriction budgétaire.

Steeve Briois pourra s'il le souhaite continuer  à investir dans une politique de communication d'auto promotion et de déresponsabilisation.

Nous avons à "Hénin Beaumont Action" une approche de la politique profondément différente.

Parce qu'en la matière, nous ne savons que trop bien que la vie associative héninoise est une richesse mais aussi une chance pour notre ville et ses habitants et qu'ils méritent bien plus que d'être appréhendés principalement à travers un service municipal des Relations Publiques ou devenir pire encore  une variable d'ajustement budgétaire.

Que nos préoccupations, en l'état de la situation et de son devenir, sont sincères et qu'elles se différencient du jeu politicien derrière lequel très facilement nous pourrions, comme bien d'autres, nous abriter.

Nos préoccupations portent bien évidemment sur le devenir :

- des salariés associatifs qui pourraient être touchés ;

- des missions d'intérêt général auxquels bénévoles et professionnels oeuvrent de manière significative ;

- de l'engagement associatif et citoyen qui, s'il est mis à mal, en sortira grandement appauvri.

 

Trois grandes préoccupations aux antipodes d'une politique "du clinquant et du colmatage décoratif ", d'une politique qui à court terme viendra entraver tout ce que l'expérience des associations, leur savoir faire, leur expertise d'usage peuvent apporter à TOUS les habitants.

"Hénin Beaumont Action" ne peut se résoudre à accepter cette fatalité. Parce qu'à défaut de se prétendre faiseurs de miracles, nous ambitionnons d'être, dans l'attente des municipales de 2020, force de propositions sérieuses.

Celles qui suivent s'adressent bien évidemment aux associations héninoises.

Elles reposent sur la mise en place d'une instance de concertation associative permanente, au sein de laquelle la rédaction et le suivi d'un contrat de transparence pourraient être engagés.

Un contrat par le biais duquel, les associations héninoises s'engageraient à :

- justifier chaque aide financière demandée aux collectivités locales en démontrant l'intérêt social auquel elles contribuent ;

- à être garante du respect des principes de bonne gestion ;

- poursuivre la mise en oeuvre de principes, méthodes et pratiques d'évaluation et d'appréciation visant en toute transparence à rendre compte ;

- conduire leurs projets sur la base des attentes et besoins des publics auxquels elles s'adressent ;

- à privilégier la promotion et l'éducation des personnes ;

- à mutualiser, si nécessaire et à chaque fois que possible, les ressources et moyens dont elles disposent.

 

Un contrat de transparence où la mairie s'engagerait à :

- considérer les associations comme des structures apportant en toute indépendance leur contribution à l’intérêt général ;

- appréhender le monde associatif comme un acteur incontournable des politiques publiques ;

- promouvoir la liberté d'initiative associative ;

- sécuriser et simplifier les relations financières des associations notamment en les inscrivant le plus fréquemment possible dans une dimension pluriannuelle ;

- différencier ce qui relève des initiatives de la majorité de celles prises par les associations.

 

Il ne s'agit là que de quelques principes ou règles de bons sens, faciles à appréhender, à observer et à respecter.

A défaut, il est à craindre que l'accès aux pratiques associatives héninoise s'en trouve profondément altéré dans les 2-3 prochaines années.

A défaut aussi, toutes les associations héninoises, y compris celles que l'on peut qualifier de grosses associations, ne pourront prétendre peser sur les prises de décision par une majorité frontiste qui jusqu'à présent n'a pas encore été confrontée à opérer de réels choix, c'est à dire à devoir éliminer.

En l'état des forces politiques en présence, et dans cette période budgétaire à venir qui s'annonce fort difficile, il appartient aux associations de s'emparer et de nourrir les réflexions d'une action publique digne de ce nom.

Il leur revient d'affirmer que leur intervention répond non seulement à un besoin de cohésion sociale, mais qu'il s'agit là  aussi d'une démarche citoyenne, humaine qu'il importe de promouvoir et d'accompagner.

Ce n'est pas un hasard si les français sont de plus en plus nombreux à faire davantage confiance aux associations plutôt qu'aux pouvoirs publics pour remplir un certain nombre de missions d'intérêt général.

Ce n'est pas un hasard si Hénin Beaumont Action s'est créée il y a 2 mois maintenant.

 

 

 

04:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.