Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 octobre 2014

Le bulldozer avance.

La lettre ouverte  (http://www.youscribe.com/catalogue/formulaires-et-lettres-types/actualite-et-debat-de-societe/politique/lettre-ouverte-a-le-pen-2511890) adressée à la N°1 du FN, rédigée  par Paul-Marie Coûteaux, soutien et acteur de la candidature de Marine Le Pen aux dernières Présidentielles, peut s'apparenter à un règlement de comptes ; elle n'en demeure pas moins porteuses de sérieuses interrogations.

 Nous en reproduisons ici un extrait.

 "Ainsi furent données aux yeux de tous les preuves que j’attendais : d’abord, que les vieux démons ont la vie dure, et que votre parti dont j’ai pu apercevoir au fil des derniers mois quelques aspects peu ragoutants, est loin de mériter la dédiabolisation dont vous vous targuez ;

les « gros bras » qui ont fait irruption samedi, hurlant et vociférant, multipliant fausses accusations, insultes et menaces (notre secrétaire général fut physiquement menacé, s’entendant dire par deux personnes, dont un de vos secrétaires départementaux qu’on allait « lui faire la peau ») rappellent les époques où s’illustra votre parti et que l’on aurait aimé croire de bonne foi croire révolues ;

ensuite, que vous n’honorez ni votre signature, bien claire au bas de la convention qui nous lie et que vous n’avez pas respectée, pas plus que votre parole ;

enfin, que vous n‘avez et n’aurez jamais l’esprit de partenariat. Tout cela explique l’absolue solitude du parti que vous dirigez d’une poigne de fer, et qui est d’ailleurs coupé d’un grand nombre de personnalités et groupes dont il aurait été dans votre mission de rassembler ; il explique que, le SIEL étant mort, le prétendu « Rassemblement » Bleu Marine, réunion du FN et du FN, et trois comparses, ne soit qu’une misérable coquille vide.

Votre attitude ou votre tempérament, votre incapacité chronique à travailler avec quiconque n’est pas votre valet, ruinent l’idée que vous puissiez jamais nouer quelque alliance que ce soit, ces alliances que rendent pourtant nécessaires les institutions de la Ve République et notamment l’élection présidentielle à deux tours ;

elle démontre, contrairement aux vaticinations de certains politiciens de votre entourage, une incompatibilité plus foncière que je ne l’aurais pensé, entre l’héritage politique du général de Gaulle et votre parti ;

elle ruine enfin l’idée que vous soyez un jour apte à gouverner la France, sauf à confondre votre parti et le gouvernement.

Ce n’est pas très grave pour vous car gouverner n’est pas votre objectif, comme ce ne fut pas celui de votre père ou de votre famille en général, qui a peut-être d’autres préoccupations ;

c’est plus grave pour des millions de Français dont vous captez et finalement détournez la colère sans pour autant constituer une force qui puisse être dite gouvernementale – vos électeurs étant de pauvres hères hurlant à tue-tête mais ficelés sur leurs chaises, car c’est pour ainsi dire leur neutralisation politique que votre égocentrisme partisan assure perpétuellement.

Seul gagnant de ce jeu infernal, outre vous-même et votre gang : le Système que vous prétendiez pourfendre mais que votre stratégie « ni droite ni gauche », vous plaçant hors de toute perspective gouvernementale, met à l’abri de toute menace populaire. "

 

Avec des mots choisis, Paul-Marie Coûteaux, titulaire d'une maîtrise en droit public, d'un DEA en relations internationales mais également ancien élève de l'ENA, s'en va reprocher à Marine Le Pen ce que semble aussi déplorer Maria Da Silva, ex 1ère adjointe d'Hayange, démissionnée avec fracas il y a peu. Alter écho reviendra sur ce sujet dés demain.

Je vois pour ma part dans ces propos matière à confirmer une évidence : le mandat de Steeve Briois sera bien celui de la communication, celle qu'il convient de développer pour laisser à penser qu'il en est au FN comme à Hénin Beaumont : tout va bien braves gens, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles.

La ville avance peut-on lire sur nos murs. Et pour sûr ! Droit dans le mur !! Le bulldozer aussi.

Nous devons aux associations héninoises une fière chandelle. Elles ont, dans la période post "Gérard Dalongeville", grandement oeuvré au maintien du lien social.

Ce bien, nous nous devons de le préserver, de le respecter, dans toute sa diversité, ses différences et ses complémentarités.

Dans la confidence (c'est une première étape importante), des voix expriment leur crainte d'une récupération politicienne des actions initiées par les associations.

Certes, le phénomène n'est pas nouveau en politique, notamment dans ce bassin minier.

Ce n'est pas pour autant une raison suffisante pour le justifier et l'amplifier.

Ce qui en revanche semble être nouveau, c'est le climat dans lequel les dites récupérations s'opéreraient.

Je ne crois pas que le message de "sympathie" dont a souhaité me gratifier l'adjoint à la communication dans le dernier numéro de "Hénin Beaumont c'est vous" soit le fruit du hasard.

Ce message corrobore l'hypothèse de pressions existantes et de manoeuvres de remplacement orchestrées. Et je ne doute pas que l'actualité des prochains jours viendra étayer cette hypothèse. Nous ne manquerions pas alors de le dénoncer.

 

 Mais d'ores et déjà, et parce la plus value associative ne peut être détournée à d'autres fins que celles que les dirigeants se sont, parfois depuis de très nombreuses années, donnés, les représentants d'Hénin Beaumont Action s'engagent à respecter ce principe fondamental qu'il appartient aux dirigeants bénévoles de revendiquer : le principe de la neutralité politique.

 

Patrick PIRET

04:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Que c'est bien de la dire aujourd'hui, M. Piret, comme on aurait voulu que ce fut fait hier...

Écrit par : anonyme | vendredi, 31 octobre 2014

Je crois m'y être essayé à plusieurs reprises. J'observe que ce noyautage conduit parfois à voir ceux qui l'ont accepté traverser finalement et sans encombre les périodes.
C'est à bien y réfléchir rassurant quant au réel impact politique. Plus ennuyeux en revanche sur le plan de l'efficacité et de la richesse associative des actions qui dans cette atmosphère peuvent être développées.

Écrit par : PP | samedi, 01 novembre 2014

C'était déjà dit hier, mais il eut fallu que nos élus l'entende et l'écoute...

Écrit par : Yannick | samedi, 01 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.