Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 octobre 2014

Vers un retour de boomerang en pleine figure ?

Steeve Briois n'avait pas manqué de se féliciter de la sentence rendue par le tribunal de grande instance de Béthune  dans le cadre du procès de Gérard Dalongeville, estimant qu'il y avait dans  ce jugement la condamnation d’un véritable système mafieux.

Et de fustiger la classe politique, de l’UMP au PCF, qui selon lui" porte une lourde responsabilité dans ces actes délictueux en appelant à voter systématiquement socialiste lors des seconds tours dans la circonscription d’Hénin-Beaumont."

Je n'ai eu de cesse pour ma part de dénoncer les dérives. Et s'il est vrai que mes propos n'ont jamais fait l'objet d'une médiatisation telle que celle dont a pu bénéficier le FN, je n'éprouve cependant nul besoin de m'exonérer d'une quelconque responsabilité dans ces affaires héninoises.

Cette attitude du dire vrai est selon moi doublement indispensable pour sortir de ce message du "tous pourris sauf le FN".

 

Tous pourris ?

Il est des femmes et des hommes qui, membres ou non d'un parti politique, n'en sont pas moins et avant tout des citoyennes et des citoyens sincères dans leur engagement. Et c'est parce qu'il en est ainsi, y compris à Hénin Beaumont, qu'il est des espoirs qu'Hénin Beaumont Action entend porter.

 

Sauf le FN ?

Il y a plusieurs mois, nous apprenions que le micro-parti de Marine Le Pen, "Jeanne", était visé par une information judiciaire pour "escroquerie en bande organisée" et "faux et usage de faux".

Et l'avocat par ailleurs trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, d'assurer qu'"il n'y a absolument aucune irrégularité" dans "les affaires de Jeanne", et d'ajouter que "Ça ne nous inquiète absolument pas".

Dans son édition du 20 octobre dernier, Médiapart revient sur sur cette information judiciaire ouverte par le Parquet de Paris et précise que cette dernière a été élargie à des soupçons de « blanchiment en bande organisée » à la mi-septembre.

Les enquêteurs décortiquent notamment le système de prêts accordés aux candidats FN et de vente de kits de campagne. Les soupçons porteraient sur des conventions de prêts  falsifiées ou antidatées.

D’après des sources proches de l’enquête, rapportées par Médiapart, un candidat frontiste aurait souscrit un emprunt d’une dizaine de milliers d’euros".

 

S'il convient de laisser à la justice le temps de faire son travail et de rendre ses conclusions, je formule pour ma part d'ores et déjà  le voeu de voir Steeve Briois, secrétaire général du FN, être aussi bavard sur cette affaire qu'il le fut autrefois avec celle de Gérard Dalongeville.

 

Quoi qu'il en soit, les héninois pourront compter sur moi et sur Hénin Beaumont Action, parce que conformément à nos engagements et convictions "Dire la vérité aux héninois : ce n'est pas une question de posture ou de courage ; c'est tout bonnement indispensable."

 

 

 

 

Patrick PIRET

03:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.