Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 septembre 2014

Vidéo protection : pourquoi il ne peut y avoir de consensus avec Steeve Briois ?

Le sujet de la vidéo protection devrait faire l'objet d'un point inscrit à l'ordre du jour d'un prochain conseil municipal.

Suite aux dégradations de la salle Kruppa provoquées par un incendie, Steeve Briois a déclaré espérer que "l’installation de la vidéo-protection, cofinancée par l’État, fera l’objet d’un vif consensus en conseil municipal."

Je me suis depuis 2011 exprimé publiquement en faveur du recours à ce type de dispositif, le considérant comme un des outils participant de la lutte contre la délinquance.

Et c'est parce que je le juge ainsi que pour ma part de consensus avec Steeve Briois il ne peut y avoir !

Parce que résumer cet objectif à la seule pose de caméras est une absurdité et que sur les moyens complémentaires à développer - et qui ne peuvent se résumer à la seule embauche de nouveaux agents au sein de la police municipale - il est des silences dont on sait là où ils conduiront en termes de résultats : une impasse.

Eugène Binaisse avait mis la priorité, en sus du redressement financier de la commune, sur l'éducation des enfants et il avait raison.

D'autres pistes auraient bien évidemment mérité  d'être explorées, notamment et par exemple en matière de politique de jeunesse et d'engagement citoyen.

 

retge5a3364.jpgIl ne peut y avoir de consensus avec Steeve Briois aussi parce que toute approche dogmatique empêchera de mesurer avec objectivité et sérieux l’efficacité des choix opérés, tant en matière de lutte contre la délinquance que d'incidence financière – Steeve Briois peut-il nous dire s’il escompte une reconduction de l'aide initiale de l'Etat ? - sur le budget communal.

Steeve Briois a ainsi fait le choix de contracter un nouvel emprunt de 500 000 € que se devront de rembourser les Héninois et parallèlement celui de se priver de 517 000 € de recette fiscale. L'idée étant manifestement d'honorer une promesse de campagne – et peu importe si les modalités de sa mise en œuvre sont inadaptées à la situation financière locale - dont le bénéfice pour les contribuables devrait, à l’épreuve des faits, en laisser plus d'un songeur.  Nous y reviendrons le moment venu.

Ce sont bien là deux raisons pour lesquelles il ne peut y avoir de consensus sur le sujet de la vidéo protection avec Steeve Briois.

 

Qu’il ne puisse pas en tirer profit dans le cadre de ses petites stratégies politiciennes n’est vraiment pas mon affaire.

05:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.