Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 septembre 2014

Redonner au débat républicain toutes ses lettres de noblesse, toute son utilité.

A plusieurs reprises, j'ai dénoncé l'ambiance déplorable régnant au sein du Conseil Municipal et la pauvreté de ses échanges verbaux.

Devant le triste constat de ce qui pour ma part s'apparente  un pourrissement volontaire du débat républicain, débat dont nous avons pourtant tant besoin à Hénin Beaumont, j'ai à plusieurs reprises invité les membres de l'opposition siégeant au conseil municipal à ne pas cautionner et par conséquent à ne plus siéger au sein de cette instance.

Je constate qu'à ce jour aucune réponse à cette proposition ne m'a été apportée, ce qui est regrettable,  tant, pour se faire entendre des Héninois et contribuer à la circulation des idées, il suffirait de s’extraire du jeu de massacre puéril auquel ils sont conviés.  

Hayange n'est pas Hénin Beaumont, certes. Mais les deux villes sont tombées dans les mains du FN en mars dernier

La cité mosellane fait aujourd'hui la une et à juste titre de nombreux médias régionaux et nationaux. La justice a été saisie et sera amenée, elle, à se prononcer sur la véracité des faits reprochés à son maire, un proche de Marine Le Pen.

Les images ci dessous sont extraites de  la dernière séance du conseil municipal d'Hayange. J'y retrouve pour ma part le climat délétère régnant dans les salons d'Honneur de notre Hôtel de Ville les jours de conseil, les mêmes pratiques et mimiques, une rhétorique bien connue.

J'observe avec intérêt qu'à Hayange, les conseillers d'opposition ont fait le choix de quitter la séance. A méditer sans doute ...

 

Parce qu'ici comme dans cette autre ville au passé minier, il est urgent de redonner au  débat républicain toutes ses lettres de noblesse, toute son utilité.

Patrick PIRET

03:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.