Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 septembre 2014

Qu'est-ce que les citoyens qui ont voté pour le Front national doivent en déduire ?

A plusieurs reprises, Steeve Briois fut ici interpellé et invité à réagir sur l’actualité de plusieurs représentants de son parti.

Parce qu'en sus de ses différents mandats d'élus, Steeve Briois est aussi secrétaire général (SG) du FN.

Qu'il n’est pas interdit de penser qu’il dispose à ce titre d’un droit de parole au nom des frontistes et que dans le cas contraire nous pourrions bien plus que douter de l’ »effectivité »  de son activité de SG.

1505372_836483416376630_2021312652461560002_n.jpgEt les Héninois et les Beaumontois dés lors de s'interroger pourquoi Florian Philippot, semble lui disposer d'un blanc seing pour aller se répandre sur les plateaux TV.

Steeve Briois n'a jamais daigné répondre aux questions posées sur Alter Écho, alors même que celles ci ne relèvent en aucune façon de ce que les adeptes de la victimisation outrancières aiment à qualifier d'anti FN primaire.

Petite stratégie que ces silences en politiques qui visent à ne pas donner de crédit aux faits dénoncés.

Mais dans le cas présent tel qu’évoqué dans l'article ci-dessous, l'interpellation n'est pas de Patrick Piret. Le "Qu'est ce que les citoyens qui ont voté front national doivent en déduire ?" vient en effet d'une élue, ex 1ère adjointe de la ville d'Hayange, remportée en mars dernier par le frontiste Fabien Engelmann.

Une victoire saluée par Marine Le Pen qui ne manqua pas à présenter ce dernier comme l'un des plus beaux exemples du renouveau du FN.

Ce "Qu'est ce que les citoyens qui ont voté front national doivent en déduire ?", Steeve Briois serait bien inspiré d’y répondre. Les exemples d’elus FN démissionnés ou démissionnaires –  http://www.laprovence.com/actu/politique-en-direct/3020448/trois-conseillers-municipaux-quittent-le-fn.html - ne manquent pas et plus particulièrement ces derniers temps, moins de 6 mois à peine après les dernières municipales.

Quant à Hénin Beaumont, plusieurs situations récentes et concrètes pourraient être de nature à faire réfléchir plusieurs membres de la majorité. 

 

________

 

Le maire d'Hayange accusé de comptes de campagne frauduleux (Source : Le Nouvel Observateur)

 

La scène est surréaliste. Gaël Legras, journaliste de la "Nouvelle Edition" de Canal +, qui enquête depuis quelques temps sur les nouvelles villes dirigées par le Front national, est en pleine interview avec le nouveau maire frontiste de la ville d'Hayange, Fabien Engelmann, lorsqu'un habitant de la ville vient les interrompre, visiblement remonté.

C'est quand que tu me rends mes sous que je t'ai prêtés pour la campagne" [sic], lance d'emblée l'homme, qui souhaite probablement profiter de la présence de la caméra.

"Je ne sais pas de quoi tu me parles", réplique le maire, le plus calmement possible.

"Si, si. Bah j'ai les factures, il n'y a pas de problème", renchérit le premier. "Par contre faudra penser à me les rendre. [...] Je veux mon fric. Tu as eu du fric en campagne que tu n'as pas déclaré. Je veux mon fric." L'homme menace ensuite de diffuser des preuves de ce qu'il avance.

Le maire propose alors au journaliste de poursuivre l'interview à l'écart de l'inopportun.

"Au fait je me présente : je suis le mari de la première adjointe [Marie Da Silva, NDLR], grâce à qui il a obtenu son poste, avec mon fric, qu'il a du mal à rendre", revient à la charge l'homme. "Monsieur veut s'en débarrasser[de son adjointe] maintenant, à tout prix. En nous traitant de racistes, tout ce qu'il faut pour pas payer."

 

"Ou tu me payes ou la Cour des comptes verra", menace-t-il enfin.

 

Plainte pour abus de confiance et harcèlement

Depuis la réalisation de l'interview, la maire adjointe, qui était également la colistière du maire lors de l'élection, a été écartée de la mairie par l'édile qui a estimé "impossible" de travailler avec elle.

Contactée par le journaliste Gaël Legras, Marie Da Silva assure avoir "payé elle-même des factures pour environ 3.000 euros, avec son propre argent". Ce qui est formellement interdit par la loi : seul le mandataire financier du candidat peut régler des factures, qui doivent impérativement figurer sur les comptes de campagne du candidat. Le candidat FN lui aurait demandé ce service "dans l'attente de l'obtention de son prêt", a précisé à l'AFP Marie Da Silva.

Selon Gaël Legras, Marie Da Silva, fraîchement débarquée, a donc décidé d'en informer la Commission nationale des comptes de campagne, qui devrait instruire le dossier d'ici peu.

"Comme on dit toujours, l'UMPS, c'est un parti avec des malversations. Au Front national, ça ne se passera pas comme ça : on sera clair, on sera juste, on sera intègre. Et là je me rends compte que grâce à mon aide, j'ai réussi à mettre en place, puissance 10, ce personnage qui, sous couvert d'une étiquette Front national, fait pire que ce que l'ancien maire a fait !", ne décolère par l'ancienne colistière, rencontrée par le journaliste. "Et si le Front national accepte ça, qu'est ce que je dois en déduire ? Qu'est-ce que les citoyens qui ont voté pour le Front national doivent en déduire ?"

 

 

La suite sur : http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140901.OBS7799/le-maire-d-hayange-accuse-de-comptes-de-campagne-frauduleux.html

 

Source photo : le Figaro

04:26 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.