Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 août 2014

Le beurre, l'argent du beurre, et puis aussi la crémière ?!

La presse n'a pas fini de se régaler des déclarations d'élus locaux qui s'en vont déplorer le désengagement de l'Etat  pour masquer leurs propres lacunes à résoudre des difficultés, qui pourtant relèvent de leurs prérogatives notamment organisationnelles.

La réforme des rythmes scolaires est un exemple parmi d'autres. Et de les voir en sus assurer la promotion de leur impuissance en la présentant comme l’équivalent d’une action politique.

Cette fâcheuse habitude à déplacer le curseur des responsabilités est bien évidemment contre productive. Elle explique pour partie l'inertie qui semble prévaloir sur certaines parties du territoire, notamment de l'agglomération.

Calimero.gifEt le constat vaut aussi pour Steeve Briois qui depuis longtemps a su placé ses pas dans ce sillon " culturel" creusé depuis tant d'années. Il ne serait guère surprenant de l'entendre exhiber la nomination d'un nouveau ministre de l'éducation nationale pour expliquer les probables loupés de sa première rentrée scolaire.

Et ce sont bien souvent les mêmes qui tout en se plaignant du triste sort pour lequel pourtant ils ont postulé, s'en vont demander plus de pouvoir alors qu'ils peinent à exercer celui dont ils sont dotés.

Ils en oublient que l'argent du contribuable se contrefiche de qui prélève l'impôt pour peu qu'il soit pour le moins bien utilisé !

Cette constante médiocrité ne peut plus perdurer parce que les défis qui se posent à l'Europe, à la France et aux collectivités locales demandent pour s’y attaquer à ce que chacun, à son niveau, puisse tenir sa place ; toute sa place mais rien que sa place !

Et que si d'aventure l'envie venait à faire défaut et/ou les compétences à manquer, il est une solution toute simple : démissionner. Voilà qui demande il est vrai de la cohérence et de l'honnêteté politique.

 

Qu'il conviendra sinon, pour tous les élus locaux,  de ne plus s’étonner, sincèrement ou non, de ne plus s’agacer face à l’éloignement des strates chargées elles aussi de prendre des décisions.

04:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.