Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 juillet 2014

Bien plus qu'un détail culturel

La municipalité FN de Hayange a fait repeindre en bleu une sculpture du centre-ville jugée "sinistre". Son maire Fabien Engelmann, a déclaré "ne pas comprendre qu'on fasse tout un pataquès" pour une oeuvre, selon lui, "dont on peine à appeler ça de l'art".

Ce qui ici retient mon attention n'est pas le droit pour chacun de s'ériger, s'il le désire, en critique artistique,mais de se donner celui de définir ce qui peut ou ne peut pas être considéré comme de l'art.

Cette décision dont on peut penser qu'elle s'exonère du code de la propriété intellectuelle et de la protection du patrimoine n'est pas sans m'en rappeler une autre, prise quant à elle par Steeve Briois quelques jours après son élection héninoise : l'exfiltration de l'hôtel de ville de notre géant, Isaac, alias Isaac Liétard III dit «Brochet», seigneur de Hénin, qui fit établir en 1074 de nouvelles fortifications qui durant trois siècle feront office.

Son "crime" : une trop forte ressemblance avec Gérard Dalongeville, celui la même qui aujourd'hui ne semble manifestement guère trouver à redire aux délibérations soumises par la majorité frontiste au vote. image.jpg

Et pourtant notre géant eut comme modèle pour sa réalisation, un dessin (photo ci-jointe) tiré d’un livre de Louis Danscoine publié en 1847...

À Béziers, lors du dernier conseil municipal, Robert Ménard a fait lui voter la suppression du poste de directeur des théâtres (source : Midilibre.fr)

Art, culture, et afin de poursuivre le tour du propriétaire, parlons aussi Histoire de France.

À Cogolin, autre ville frontiste, l'édile envisage de créer un parking sur le square Marcel Mansui et de le baptiser Maurice Barrès.

Marcel Mansui, jeune cogolinois fut l’un des tous premiers soldats du contingent à mourir pour la France en Algérie.

Ecrivain, antisémite et donc logiquement antidreyfusard, Maurice Barrès fut quant à lui une figure de proue du nationalisme français et maître à penser de la droite nationaliste dans l'entre deux guerres.

Et bien qu'étant opposé à toutes formes de boycotte culturel, je peux comprendre aisément les artistes qui refusent à se produire dans une ville frontiste. Parce que les décisions évoquées ci avant sont en effet bien plus qu'un point de détail et semblent toutes animées par des références et motivations convergentes.

04:14 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.