Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 juillet 2014

Communiqué de presse : rejet de l'arrêté anti mendicité.

"Cette décision de justice est avant toute autre considération une réponse en droit.

Une réponse qui vient mettre à mal le fondement juridique d'un arrêté mendicité pris, faut-il le rappeler, en pleine campagne des européennes par Steeve Briois...

Que ce dernier puisse considérer le rejet de son arrêté comme « une mesure caricaturale de la justice à la Taubira. " n'est pas surprenant (la combinaison de la victimisation et de la stigmatisation est chose courante chez les "responsables" en manque d'inspiration) mais est pour le moins fort préoccupant.

Pour certain de ses électeurs tout d'abord, à qui Steeve Briois rappelle que son arrêté n'est en aucune façon une mesure contre les Roms... La déception devrait être à la hauteur de la bêtise de certains commentaires déposés sur les réseaux sociaux.

Consternant aussi parce qu'à l'image de plusieurs Sarkozystes, sa remise en cause d'une décision prise par un juge qu'il qualifie de politique représente une menace pour tous les défenseurs de l'indépendance de cette institution. Est il besoin de préciser qu'il est des mesures d'appel et qu'il n'est donc point utile de se montrer aussi fortement soupçonneux ?

Et de s'interroger fort naturellement sur l'adhésion ou non de Steeve Briois aux propos d'Anne-Sophie Leclère (candidate en mars 2014, condamnée pour avoir comparé Christine Taubira à un singe) et, le cas échéant alors, des raisons ayant conduit à son éviction du FN ?

Mais ce rejet est aussi une claque politique que vient de recevoir Steeve Briois. Une claque administrée par ceux pour qui cet arrêté anti mendicité est l'exemple type d'une non réponse apportée aux difficultés rencontrées par les Heninois(e)s.

L'entêtement de Steeve Briois à vouloir prendre un nouvel arrêté municipal pour, selon lui, empêcher le racket des habitants par des enfants mineurs est bien celui d'un politicien qui se refuse à accepter ce qui pourtant relève de l'évidence.

03:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.