Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 mai 2014

Qu'on ait 20 ans qu'on soit grand père, quand on est contre, on est contre ...

"Quand on est contre l'UE, on vote contre."

Il y a dans cette invitation de campagne électorale de Marine Le Pen quelques sérieuses incohérences avec ce qui suit et relève également d'interventions de la leader du FN.

Nous aurions pu notamment évoquer le fait que lorsque l'on est élu, il peut paraître pour le moins logique de siéger assidûment au sein de l'instance concernée voire, chose peu extraordinaire de participer régulièrement et activement à ses travaux. Ou bien encore, et si l'on y trouve aucun intérêt, à ne pas postuler.

"Quand on est contre l'UE, on vote contre."

hqdefault.jpgUne formulation par le biais de laquelle Marine Le Pen semble demander aux français d'aller jusqu'au bout de leur opinion (certains pourraient dire d'avoir le courage de ses opinions) et à voter en conséquence.

Histoire que chacun puisse agir de la sorte, il peut être utile de préciser que selon LE Lab Europe 1, à quelques semaines d’un scrutin qu’elle veut décisif pour son parti, Marine Le Pen poursuit son rapprochement avec d’autres partis extrêmes d’Europe. Après s’être fait gentiment éconduire par le chef de file des indépendantistes britanniques Nigel Farrage, la présidente du Front national entretient ses liens avec les nationalistes du PVV aux Pays-Bas."

Et le site cité d'ajouter "Quitte à défendre son leader Geert Wilders, aux positions très extrêmes, comme elle le fait dans le JDD dimanche 4 mai." << J’ai lu qu’il avait comparé le Coran à Mein Kamp, c’est son opinion. On a encore le droit d’avoir ces opinions-là, je crois, non ?>>

En clair si on ne peut pas affirmer que Marine Le Pen défend de tels propos, on peut en revanche s'interroger sur les raisons qui la conduisent à ne pas les condamner, et ce sans la moindre équivoque.

Parce que lorsque l'on est contre, que ce soit contre l'UE ou contre les propos de Geert Wilders, on le dit clairement respectivement en votant contre ou en les condamnant.

Et pour Marine Le Pen de conclure toujours selon le Lab, qu'elle ne se sent pas "comptable de la manière dont les uns et les autres expriment leurs positions politiques dans leurs pays respectifs".

Marine Le Pen serait-elle donc une européenne convaincue au point de ne pas vouloir tenir compte des revendications nationales, par exemple en matière d’immigration, d’islam, de mariage homosexuel, ... ?

A trop ménager la chèvre et le choux, à faire son marché chez les électeurs de droite comme de gauche, il n'est pas interdit de penser que certains grands écarts finiront tôt ou tard (le plus tôt sera le mieux) à provoquer quelques douloureux claquages.

Qu'on ait 20 ans qu'on soit grand père, quand on est contre, on est contre ...

05:29 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.