Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 17 avril 2014

Marine Le Pen visée par la justice pour son micro-parti baptisé "Jeanne"

JUSTICE - Après l'enquête préliminaire, l'information judiciaire. Marine Le Pen est encore une fois dans le viseur de la justice par l'intermédiaire de son micro-parti, baptisé "Jeanne".

Cette structure qui gravite autour du FN depuis sa création en 2010, est soupçonnée "d'escroquerie en bande organisée", "faux et usage de faux".

Le Monde qui révèle l'information mardi 15 avril précise que cette information judiciaire "fait suite à une enquête préliminaire déclenchée en 2013 par le signalement de la Commission des comptes campagne". La brigade financière s'intéresse aux prêts accordés par ce mini-parti dans le cadre du financement des campagnes électorales.

La présidente du FN a réagi sur Twitter, accusant l'exécutif d'être à l'origine de ces développements judiciaires. Enquêtes, informations judiciaires, perquisitions, le pouvoir socialiste ne manque pas d'imagination face à son opposition politique. MLP

"Tout cela se terminera comme à chaque fois par un non lieu ou une relaxe dans quelques mois, mais la calomnie aura remplie son rôle.... MLP"

la suite : http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/15/marine-le-pen-visee-justice-micro-parti-jeanne_n_5152992.html

 

_______________

 

Faut-il voir dans la réaction de Marine Le Pen une confiance aveugle en la justice ?

Faut-il voir dans la montée du FN l'origine de ce que certains pourrait qualifier d'acharnement politco-médiatique à l'encontre de cette dernière ?

Faut-il considérer que les procédures judiciaires engagées contre Marine Le Pen participeraient d'un complot visant à la destituer et que celles visant tout autre politique d'un camps adverses seraient plus légitimes ?

N'y aurait-il pas en outre de quoi se questionner sur l'existence d'une force supra ou extra terrestre faisant valoir ses 4 volontés au gouvernement français prenant malin plaisir à s'exécuter ?

Et que les méchants c'est pas nous.

Et qu'au pays de Candy ...

Et quand bien même ?

Ou bien n'y aurait-il pas et plus simplement matière à observer qu'il est sans doute dans ses procédures des éléments en suffisance pour diligenter une enquête ?

Et que pour le moins il pourrait être de bon ton de laisser celles-ci aller à leur terme avant de se présenter "victime de".

 

05:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.