Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 avril 2014

Le respect de la vie démocratique n'a de sens que si la liberté d'expression ne fait l'objet d'aucune concession

Didier Cailluyere a souhaité démissionner de sa fonction de président de l'Amicale Laïque d'Hénin Beaumont.

Sa motivation de ne pas voir son engagement politique causer des préjudices à son association est sincère et grandement respectable.

Cette décision n'est pas sans nous en rappeler d'autres, parmi lesquelles celles de Patrick Bruel de ne pas se produire dans des villes frontistes.

Reste que cette décision n'en est pas moins dommageable et ce notamment parce que Didier Cailluyere avait pris grand soin de ne pas confondre son action bénévole et son engagement politique.

Et que dés lors il eut été de la seule responsabilité de Steeve Briois d'aller sur ce terrain si d'aventure l'envie lui était venue.

Qu'en outre, il n'appartient pas aux bénévoles associatifs, engagés politiquement ou non, de se soumettre aux desideratas d'un 1er magistrat, fut-il frontiste.

Qu'il appartient en revanche à ce dernier d'assumer la paternité de décisions politiques qui s'en iraient perturber le quotidien des Héninois dans leurs pratiques associatives.

A trop jouer à l'apprenti sorcier avec le devenir des associations, il est des retours de boomerang terribles qui se font rarement attendre.

C'est aux responsables associatifs de se faire entendre afin que prévale une clause d'impact sociale et économique à toutes considérations strictement politiciennes dans les décisions municipales les concernant qui seront adoptées

J'exprime pour ma part de sérieux doute quant à l'existence d'une telle volonté chez Steeve Briois.

Son approche de la situation locale semble d'ores et déjà relever de positions dogmatiques s'appliquant aux villes frontistes. La LDH est un exemple comme la baisse annoncée par Marine Le Pen des impôts locaux.

Il conviendra sur ce sujet aussi d'être particulièrement vigilant sur ce sur quoi Steeve Briois entendra faire porter les économies à réaliser ainsi que sur ses conséquences.

Il est des équations où la connaissance du résultat relève de l'inutile lorsqu'on ne peut lever les multiples inconnues !

La tentation pour Steeve Briois de développer une stratégie de contournement pourrait être importante, notamment en s'attaquant au noyau des associations susceptibles d'être qualifiées indésirables, et ce par l'incitation :

- au renouvellement des équipes dans le cadre d'une politique de subventionnement à géométrie variable,

- à la création de structures concurrentielles chargées de prendre le relais dans l'organisation de manifestations et d'événementiels,

- à la prise en compte d'aménagements permettant à titre d'exemple d'accommoder l'Histoire de France à la sauce du parti.

 

Pour parcourir nombre de manifestations les week-end, il est depuis peu une atmosphère pesante.

Les crispations sont bien réelles ; et ce ne sont pas quelques "nouvelles" et rares complaisances voire "allégeances" qui seront en mesure de changer la donne.

Hénin Beaumont continue de s'interroger sur la réalité du 23 mars dernier. Ce n'est pas très agréable mais c'est aussi une donnée rassurante sur laquelle la construction d'un renouveau du politique est envisageable et souhaitée.

Cette volonté de renouveau n'est pas pour le moment suffisante pour permettre à tous les dirigeants associatifs d'opérer un positionnement à l'égard du 1er magistrat.

On a coutume de dire que le respect de la vie démocratique n'a de sens que si la liberté d'expression peut être garantie, sans faire l'objet de la moindre concession.

C'est sur cette base que j'invite les acteurs bénévoles à poursuivre leurs actions en prenant soin de bien distinguer chez Steeve Briois ce qui relève de sa fonction d'élu de ce qui renvoie à son appartenance politique. Et de nous interroger dés à présent cependant s'il est pour lui des frontières plus aisées que d'autres à franchir ?

On peut ne pas être un adepte de la terre brûlée sans pour autant ignorer le piège de la récupération.

 

04:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

A Lenou
Je ne peux en l'état valider votre commentaire et vous invite si vous le souhaitez à me contacter pour de plus amples précisions et échanger sur la situation évoquée par vos soins.
Respectueusement
Patrick PIRET

Écrit par : PP | mercredi, 16 avril 2014

Les commentaires sont fermés.