Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 mars 2014

Difficile de se taire quand on a rien à dire.

Difficile de se taire quand on a rien à dire.

Que la politique puisse se définir comme l'art de la répétition et/ou de la répartition, pourquoi pas.

Mais il devrait en être en politique comme dans nombre de domaines : fixer quelques limites.

logo-lvel-municipales-2014-640x360.jpgDes voix s'étaient élevées à l'occasion du débat radiophonique d’Europe 1 et notamment pour déplorer certaines absences et la richesse des invectives.

Tout ce petit monde et Georges Bouquillon avaient de nouveau RDV ce vendredi soir sur le plateau de "La Voix est Libre".

20 minutes de débat et au terme de cette émission la même insatisfaction malgré la volonté évidente des journalistes d'inviter chacun des protagonistes à s'en tenir aux questions et au fond des sujets.

Véronique Marchand grâce à sa connaissance de l'historique aura eu beau recourir à quelques pics pour ramener les récalcitrants à la règle (ainsi et notamment glissa t-elle à Georges Bouquillon qu'il aurait pu démissionner s’il était tant en désaccord avec sa majorité...), rien n'y fit.

Gérard Dalongeville éprouva de sérieuses difficultés à se débarrasser des sérieuses tâches parant la prétendue blancheur de sa toge.

Steeve Briois comme à son habitude se contenta de tirer sur les mêmes grosses ficelles.

Georges Bouquillon, malgré sa longévité de ces 15 dernières années dans la fonction d'adjoint éprouva les pires difficultés à se démarquer et à justifier sa candidature. (le voulait-il vraiment d’ailleurs ?)

Jean-Marc Legrand eut la volonté de rester dans l'exercice du jour, c’est à noter.

Quant à Eugène Binaisse, le contexte local le poussa de nouveau à manifester son bilan et son autorité de maire pour ne pas s'en laisser compter.

Mais au final, et comme « aima à le rappeler le second journaliste,  même impression qui depuis tant d'années prédomine à Hénin Beaumont : la haine comme moteur politique, incompatible avec l'idée même de débattre.

Difficile de se taire quand on a rien à dire … sur l’essentiel.

 

 

04:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.