Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 mars 2014

La pin up, elle au moins, on évitait de lui faire dire tant d'âneries.

Detective-024.jpgLes lecteurs du magazine "Détective" ancienne formule devrait être ravis.

Certes les puristes regretteront la pin up en page centrale.

Mais pour le reste, le dernier tract du monsieur qui à l'en croire, ben lui il est le seul à en avoir des corones, n'a rien à lui envier.

Que d'horreurs : du sol au plafond, autant de niaiseries au mm2, c'est du jamais vu.

Ce Nouveau Détective se démarque par son traitement de la politique plus proche des faits divers (façon rubrique chiens écrasés) et du mauvais roman feuilleton que du discours ne serait-ce qu'un tantinet politique.

Tout y passe, affirmations gratuites, restitution de prétendus faits vus du regard des protagonistes, forme du récit visant à simuler l'existence d'un complot et d'un suspense, absence de mention des sources, et surtout effacement du politique qui arbore la tenue du témoin direct d'un scénario créé de toute pièce.

Le candidat construit ainsi un monde de fiction de ce qui est censé faire votre quotidien, et où à sa soit disante normalité, s'oppose l'anormalité de ses adversaires s'entendant bien évidemment à merveille pour vous couillonner.

Ben mazette, on n'est pas arrivé.

C'est vrai que la pin up, elle au moins, on évitait de lui faire dire tant d'âneries. Et par les temps qui courent, c'est tout de même un sacré avantage.

03:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.