Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 mars 2014

Le vote des Héninois aura des conséquences nationales.

En mars prochain, c'est bien plus que l'avenir de notre ville que les Héninois auront entre leurs mains.

Steeve Briois et ses plus proches collaborateurs, mais aussi Marine Le Pen y joueront une partie importante de leur devenir politique.

Parce qu'il est des grands écarts qui ne résistent que le temps des succès mais qui ne peuvent perdurer lorsque vient celui des défaites.

Les dirigeants frontistes peuvent s'ils le souhaitent continuer de s'engager dans des démarches judiciaires. À Hénin Beaumont, les exemples sont multiples.

Mais s'il est une chose sur laquelle et paradoxalement ils ne semblent pas avoir prise, ce sont bien les fortes tensions et nombreux dérapages internes.

Parce que pour faire le ménage, ce n'est pas un ou plusieurs coups de balai dont a besoin ce parti.

Ce sont aux fondations même d'un édifice, bien plus fragile qu'il n'y paraît, auxquelles devront s'attaquer les tenants d'une prétendue « dédiabolisation ».

Le feront-ils ? Le veulent-ils seulement ? Pour ma part, je n'y crois absolument pas.

Hénin Beaumont fut pour les raisons que nous connaissons le point de départ de l'aventure de Marine Le Pen.

Notre ville pourrait aussi marquer, si Steeve Briois enchaînait sur un énième échec en mars prochain, le top chrono d'une lutte fratricide ouverte, De celle à même de provoquer une implosion. Les bulles, qu’elles soient économiques ou politiques, finissent toujours pas éclater.

C'est dans cette optique que modestement mais résolument je continuerai mon action durant les prochaines semaines.

C'est aussi au regard de ce même objectif que je me réjouis du ralliement, certes tardif, du PC à Eugène Binaisse. Les raisons aussi "surprenanates" puissent elles être pour certaines personnes m'apparaissent oh combien secondaires (et non pas futiles).

A ceux qui pourraient m'opposer que pour battre le FN, il est aussi des compétences à faire valoir et un projet à conduire, leur répondre qu'il n'y a pas chez moi de place pour le moindre doute quant aux réelles dispositions des frontistes à pouvoir relever les défis : le recours aux artifices et aux ficelles les plus grosses sont bien souvent une forme d’aveu et d’impuissance.

J’ajouterai qu’une élection c’est faire un choix à un moment donné au regard des circonstances. Nous ne connaissons que trop bien l'environnement héninois pour convenir d'un sens des priorités.

 

L'article suivant - http://www.auxerretv.com/content/index.php?post%2F2014%2F... -  illustre assez bien l'enjeu des prochaines municipales, à mille lieux d’une image trop lisse à laquelle certains vous invitent à vous référer.

03:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.