Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 février 2014

Train Europe 1 des Municipales : pour débattre, il faut être plusieurs.

1924635_731208696904103_2088179985_n.jpgDe débat il n'y eut pas, malheureusement.

Entre un Gérard Dalongeville présenté fort judicieusement par Pascal Wallart comme un enfant de Frankenstein cherchant aujourd'hui à prendre sa revanche sur son géniteur et un Steeve Briois plus enclin à ressortir de sa boîte les reliques d'un passé auquel pourtant il contribua aux côtés du 1er cité, pouvait-on espérer autre chose ?

Dans ce délabre de provocations toutes aussi futiles et puériles les unes que les autres, difficile de s'en sortir sans répondre notamment aux propos démagogiques, aux raccourcis mensongers et sans rétablir quelques faits objectivés et observables.

C'est ce que fit Eugène Binaisse, non d'ailleurs sans un certain panache.

 

On regrettera en revanche l'absence de confrontation d'idées. Steeve Briois s'essaya mollement  d'expliquer comme il s'y prendrait pour faire baisser le taux d'imposition en réduisant les dépenses mais en prenant bien soin de ne pas en préciser la nature...

Interpellé par un auditeur sur l'existence de pressions-intimidations qui seraient exercées par des sympathisants frontistes sur le personnel municipal, il avança pour sa défense qu'il s'agissait là d'une rumeur et que ça ne relevait pas de sa pratique. Reste que pour celui pour qui un faux tract ne semble pas être un problème, cette accusation put engendrer le doute. 

Et l'auditeur de confirmer son propos avant d'être qualifié de militant politique par Steeve Briois.

 

Mis à mal aussi son engagement de ne pas toucher au personnel municipal alors qu'il y a peu encore il se vantait dans la presse de vouloir et pouvoir faire venir plusieurs cadres territoriaux. Il eut été pourtant intéressant que Steeve Briois nous dise ce qu'il escompterait faire alors, sans départ de personnels en poste actuellement, de ses nouveaux venus et comment dans le cadre de sa promesse de réduire les dépenses, ses arrivants seraient rémunérés.

Nous connaissions Steeve Briois l'artificier, le voilà désormais avec une corde supplémentaire à son arc : magicien.

 

Démocrate, je reste attaché a l'expression pluraliste et regrette donc que David Noël n'ait pas été sur le plateau (sa place eut été moralement plus légitime que celle de Gérard Dalongeville).Même si à posteriori, il est plus que probable que la tournure prise par cette émission n'eut pas été différente.

 

Pour les Héninois présents à l'émission enfin, une certaine frustration. Car si le principe de proximité désiré par Europe 1 peut relever d'un intérêt, sa mise en œuvre et les pages de publicité n'ont pas véritablement permis l'installation d'un débat citoyen et ouvert.

Quoi qu'il en soit, avec le sondage et l'émission d'hier, il est désormais certain que la campagne des municipales est engagée.

05:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.