Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 décembre 2013

Eviter la tranquillité de l'anonymat qui permet de dire des choses innommables

La lutte contre l'anonymat sur Internet fait son grand retour. Après Harlem Désir,lundi 16 décembre sur BFM-TV, c'est François Hollande, en recevant le même jour le Conseil représentatif des institutions juives de France, qui a pris pour cible« la tranquillité de l'anonymat sur Internet ».

 

 

 

 

« Nous travaillons avec Jean-Marc Ayrault (...) pour éviter la tranquillité de l'anonymat qui permet de dire des choses innommables sans être retrouvé », a déclaré le président. Pas plus que le premier secrétaire du Parti socialiste, ce dernier ne dit pas s'il envisage, comme le sénateur Jean-Louis Masson en son temps, une loi pour limiter l'usage du pseudonymat et de l'anonymat sur Internet.

Cette question semble revenir dans la bouche des décideurs dans la même forme que lors de sa dernière incursion dans le débat public. Pourtant, les termes du débat n'ont pas beaucoup changé.

Il est de plus en plus difficile d'être anonyme sur Internet aux yeux des autorités. Plusieurs textes européens et français entrés en vigueur dans les années 2000 obligent les divers acteurs techniques d'Internet à conserver les traces de l'activité d'un internaute et d'être en mesure de les communiquer aux forces de l'ordre qui en feraient la demande. On en a d'ailleurs eu un exemple récent : l'activiste Rokhaya Diallo, menacée − sous pseudo − de viol par un internaute a réussi àassigner ce dernier devant la justice, vendredi 6 décembre.

 

Les dispositifs existants contre les propos hors-la-loi (racisme, insultes, menaces) s'appliquent aussi à ceux qui sont proférés sur les réseaux. C'est parfois la question de leur application concrète qui pose question. 

 

la suite sur http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/12/17/hol...

04:54 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

L'anonymat, c'est parce que l'on n'a pas le courage de ses opinions ? Ou parce que l'on a peur des représailles ?
En tout cas, ça ne rappelle pas de bons souvenirs dans l'Histoire !

Écrit par : jean-luc tondelier | vendredi, 27 décembre 2013

De quels types de représailles parlez vous ?

Écrit par : PP | mardi, 31 décembre 2013

Eh bien, par exemple, se voir refuser des services à la mairie - ou à d'autres administrations - parce qu'on a le toupet de ne pas avoir la même opinion que les décideurs. La tolérance ne me semble pas être la vertu principale de la "gauche".

Écrit par : jean-luc tondelier | mardi, 31 décembre 2013

Vous êtes ici dans l'affirmation gratuite qui vise à prêter à autrui des comportements infondés.
Parce qu'à vous suivre et à vous en croire, vous ne disposeriez donc plus de vos droits dans une France et dans une Région où la quasi totalité des instances décisionnelles politiques sont à gauche.
Je vous laisse avec vos généralités dont il est aisé de deviner à qui et à quoi elles servent.

Écrit par : PP | mercredi, 01 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.