Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 décembre 2013

Inégalités scolaires - quels enseignements pour mars 2014 ?

"la France championne des inégalités scolaires" pointe le rapport PISA rendu public ce 3 décembre.

 

Fallait-il une telle publication pour découvrir voire s'étonner de ce qui relève d'un fossé qui se creuse entre les bons et les mauvais élèves, ou autrement dit de la forte pesanteur exercées par les origines sociales sur la réussite éducative ?

 

th.jpgDans un climat de pré campagne municipale dominée par des escarmouches, polémiques stériles et autres postures d'apparat regrettables, il y a pourtant dans ces inégalités et dans le cadre des compétences dévolues aux municipalités et intercommunalités matière à discourir sur l'intérêt de pistes à explorer.

 

La réforme des rythmes scolaires confère aux élus locaux une responsabilité quant à l'aménagement des rythmes de vie des écoliers de maternelle et du primaire. Qu'il puisse y avoir débat sur l'adéquation des moyens transférés aux territoires aux enjeux que recouvre ce chantier n'est pas en soit surprenant. Que cependant des divergences ne peuvent justifier le comportement de ceux qui en lieu et place de la mise en oeuvre d'un projet éducatif territorial opteront en faveur de l'affrontement ou de l'isolement.

 

Il y a dans la démarche que peut sous tendre la réforme, une nouvelle et réelle opportunité à réunir et concerter l'ensemble des acteurs de la communauté éducative : élus, enseignants, associations.

 

Une opportunité dont on peut légitiment se demander comment Steeve Briois escompterait s'en saisir.

 

Parce que sur ce sujet comme sur bien d'autres, il ne suffira pas d'un slogan "citron pressé" pour ne serait-ce qu'espérer susciter et obtenir l'adhésion de la très grande majorité des acteurs cités.

 

Hénin Beaumont dispose d'un atout "cohésion sociale" auquel contribue notamment et largement bénévoles, dirigeants et professionnels du champ associatif. La cérémonie de la Sainte Barbe est là notamment pour nous le rappeler.

 

Ne doutons pas que le devenir de ces acteurs relèvera bien davantage de leurs capacités à poursuivre et renforcer les actions et non à entrer en résistance.

 

Et que si d'aventure ceux-ci venaient à disparaître ou s'affaiblir, alors la prise en charge des enfants les plus en difficulté, et pour ne citer qu'eux, s'en trouverait fort compromise.

 

Parce que sur ce sujet, comme sur bien d'autres, les consignes de tous les appareils politiques du camp républicain gagneraient, à plus d'un titre, à se préoccuper du devenir des petits héninois.

 

 

 

03:14 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Il nous faudrait retrouver un homme de la dimension de Jules Ferry pour refonder l'éducation nationale en adaptant l'institution et sa mission aux fondamentaux qui ont fait le succès du système scolaire français jusqu'à la fin du XXe siècle.
On ne cesse de répéter combien les Hussards noirs de la République ont oeuvré pour permettre à la jeunesse issue des milieux les plus défavorisés à participer à l'élévation de la Nation..
Quelques uns d'entre nous peuvent encore le revendiquer.
Mais qu'est devenue la machine "Education Nationale" depuis le début des années 60 ?
Quand on observe certains produits de l'Ecole Normale d'Arras, on est endroit de s'interroger...

Écrit par : anonyme | dimanche, 08 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.