Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 décembre 2013

Aller jusqu'au bout pour le bien de tous.

Le projet de cet article remonte à plusieurs jours. Sa publication m'est apparu utile suite à ce que je considère comme un nouveau dérapage ce 5 décembre.

 

___________

Récemment, quelques lecteurs du blog d'Alain Alpern l'ont invité à relayer sur sa page Facebook les articles qu'il publie.

Cette initiative est selon moi vivement souhaitable pour différentes raisons, au 1er rang desquelles, celle de mettre enfin un terme à l'instrumentalisation à laquelle se livrent depuis fort trop longtemps quelques émissaires très bien intentionnés...

Il n'est pas interdit de penser que la levée de l'anonymat des commentateurs nous en apprendrait probablement beaucoup - voire confirmerait ce qui à ce jour ne peut être, publiquement, qualifier que d'hypothèses - sur les pratiques d'une poignée de soit disant inconnus.

Qu'Alain Alpern semble aujourd'hui vouloir mettre enfin un holà aux multiples dérives observées est un bien. Le fera t'il vraiment ?

Parce qu'en tout état de cause, on ne peut imputer à d'autres la responsabilité d'une modération des posts qui en aucune façon ne leur revient.

Que la liberté d'expression n'a pas besoin pour se défendre d'accepter les "quand dira t-on".

Il n'est pas concevable que ceux qui ont tant à "vomir" n'aient pas à rendre compte politiquement de leurs dires.

Lorsque la dérive devient la norme, alors non seulement les repères de civilité et de respect sont mis à mal mais pire encore, ceux qui osent les rappeler sont mis au ban des accusés.

Alain Alpern n'a rien à gagner à laisser perdurer ces dérapages contrôlés, y compris dans son opposition au 1er magistrat.

Ce sont en effet ces dérapages qui l'ont rendu inaudible au yeux de certains internautes, ceux-ci en venant même à confondre responsabilité éditorialiste et  paternité des commentaires anonymes incriminés.

La recherche d'une audience ne doit pas conduire à se gargariser sur l'air du "peu importe le flacon pourvu qu'on est l'ivresse". Parce que la gueule de bois n'est que très rarement pour celui qui débouche ou verse.

Et sur ce point là, et s'il fallait rassurer, l'annonce et l'application de principes de modération n'ont en rien réduit le nombre d'internautes consultant Alter Écho.

Bien au contraire.

 

 

 

 

 

06:10 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Je ne partage pas l'analyse suivant laquelle il conviendrait de lever l'anonymat au prétexte que quelques (voire une seule) plumes d'extrême droite viennent polluer le blog d'Alain Alpern.
On rappellera qu'il s'agit là d'un espace de liberté restreint naturellement par la loi qui vient à frapper le propriétaire du blog si celui-ci vient à laisser passer des propos diffamatoires.
L'anonymat garantit les personnes qui, souhaitant s'exprimer et démontrer leur vérité, pourraient se trouver inquiétées dans leur vie privée et professionnelles du fait -justement- des très mauvaises habitudes prises dans ce département de s'en prendre à ceux qui ne portent pas la voix de leur maître.
Ce blog est un facteur d'équilibre dans cette région qui en manque tant... Alors...

Écrit par : anonyme | vendredi, 06 décembre 2013

"L'anonymat garantit les personnes qui, souhaitant s'exprimer et démontrer leur vérité, pourraient se trouver inquiétées dans leur vie privée et professionnelles ..."
C'est effectivement le seul point qui aurait pu me conduire à faire preuve d'une souplesse plus grande et ce d'autant plus que les commentaires laissés par ces personnes ne s'inscrivent pas me semble t-il dans les dérives citées et qu'ils ne sont pas, je le pense sérieusement très nombreux.
Mais que pour autant, limiter à la seule extrême droite la responsabilité des dérives organisées constitue, je puis vous le certifier, une réelle erreur d'appréciation, du moins s'il s'agit des même geek qui ont ici tenté de sévir.

Écrit par : PP | vendredi, 06 décembre 2013

J'admets l'erreur d'interprétation pour ce que vous appelez les geek. Toutefois cela ne m'apparait pas être un motif suffisant pour renoncer à l'anonymat.
Seuls, ceux qui ont eu à subir la capacité de malfaisance d'un clan s'apparentant à un parti unique sont à même de comprendre les raisons qui amènent à souhaiter la liberté d'expression anonyme. Il faut accepter les scories que cela engendre; et comparer ensuite la force malfaisante de ces scories à la capacité destructrice d'un clan qui tient tous les pouvoirs depuis l'après guerre dans une région mise sous boisseau: Le premier effet en est le décrochage entier de la région; le second se traduit par la poussée massive d'une extrême droite qui n'a plus qu'a semer sur un terrain labouré et hersé par des gens qui prétendent incarner la gauche dont le seul mérite aura été de se faire élire avec l'appui d'un système clanique se nourrissant de l'asservissement d'une population qui mériterait pourtant un autre sort.

Écrit par : anonyme | vendredi, 06 décembre 2013

Et qui pensez vous avoir pu, grâce à l'anonymat, prendre le dessus ?
Il semblerait que les plus éloignés de nos préoccupations politiques et politiciennes acceptent plus volontiers de discuter vie le réseau social évoqué, et ce sans se réfugier derrière un masque. Alors ce n'est certainement pas la solution miracle, mais c'est un plus incontestable.

Écrit par : PP | dimanche, 08 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.