Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 novembre 2013

Trop c'est trop !

Chacun dispose bien évidemment du droit de participer aux commémorations organisées par les Sociétés patriotiques.

D'y assister autant qu'il le souhaite, selon ses disponibilités, ses sensibilités politiques.

Pour ma part, rares sont ces RDV de mémoire auxquels je ne peux me rendre.

Mes motivations personnelles et politiques m'apparaissent cohérentes et complémentaires.

J'estime en effet qu'il est des soutiens à apporter, et notamment à l'idée selon laquelle du passé, il est des enseignements dont il convient de se souvenir : que la nation et le patriotisme ne sont en aucune façon la chasse gardée d'hommes et de femmes dont les valeurs s'expriment sur le registre du repli, du rejet, de la stigmatisation, de l'affrontement de la victimisation et de la défiance permanente, en un mot de l'implosion de ce qui peut faire unité au sein d'une nation.

Que toutes les convictions doivent pour autant s'effacer lorsque vient le temps des commémorations et des priorités qui s'y rapportent.

1459262_679143092110664_459667492_n.jpgCe 11 novembre 2013, à Hénin Beaumont, la présence de nombreux objectifs et caméras pointés sur Marine Le Pen et de Gérard Dalongeville était en profond décalage avec la solennité que requerrait pourtant cet instant auquel les français sont attachés.

Une présence probablement recherchée mais oh combien inutile, sauf à vouloir informer de la présence dans un même petit périmètre de la numéro du FN et d'un ex maire dont l'avenir politique, pour les raisons que l'on connaît, peut apparaître fort compromis. Quel scoop !

Ce 11 novembre, les poilus semblaient de l'avis de certains avoir pris la forme d'un objet de marketing.

Et d'aucun pourrait ajouter : quelle honte !

03:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.