Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 août 2015

Prendre pleinement nos responsabilités !

L'aventure Alter écho touche à sa fin.

Faute de n'avoir pu ou su être écouté, l'heure est désormais venue de prendre pleinement nos responsabilités.

Nous espérons donc vous retrouver sur

 http://heninbeaumontaction.fr/ 

 10704352_448780151928042_2324329703808624681_o.jpg

Parce que plus que jamais, c'est d'Action dont l'avenir d'Hénin Beaumont a besoin.

 

 

 

04:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 24 août 2015

RDV ce vendredi 28 août !

Alter Echo vous propose

de vous retrouver une dernière fois

ce vendredi 28 août.

04:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

samedi, 22 août 2015

FN : l'échec de l'opération Le Pen

Le 22 août 2015 - Édito du « Monde ». 

Marine Le Pen l’apprend à ses dépens : on n’efface pas si facilement six décennies de vie politique. L’exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national, décrétée jeudi 20 août par le bureau exécutif du parti d’extrême droite, devait permettre à sa présidente de tourner définitivement la page de l’ère paternelle. Le départ, enfin formalisé, du fondateur du parti, qui en incarne aussi le courant le plus provocateur, visait un double objectif, que poursuit Marine Le Pen depuis dix ans : la dédiabolisation, ou banalisation, du Front national et sa professionnalisation. Sur ces deux fronts, cependant, l’opération a échoué.

 

Sur le premier point, plusieurs éléments laissent penser que la dédiabolisation demeure une entreprise de façade. Le fait que Jean-Marie Le Pen, qui reste député européen, ne puisse plus désormais s’exprimer au nom du FN ne veut pas dire qu’il cessera de s’exprimer ni que les électeurs cesseront d’associer son nom à celui du parti qu’il a si longtemps dirigé. Son exclusion ne signifie pas non plus que le FN se trouve subitement nettoyé de ses éléments les plus sulfureux ; la présidente du parti conserve ainsi dans son entourage des personnages-clés tels que Frédéric Chatillon, ancien leader du Groupe union défense (GUD), dont le fond idéologique est largement aussi radical que celui de Jean-Marie Le Pen. Elle ne trouve rien à redire au fait que Philippe Vardon, ancien responsable du Bloc identitaire, petit parti à la droite du FN, figure en bonne place sur les listes de sa nièce en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

L’OBJECTIF PRINCIPAL DE MME LE PEN RESTE LE RASSEMBLEMENT DE LA GRANDE FAMILLE DE L’EXTRÊME DROITE

En dépit de quelques ouvertures vers l’électorat centriste ou de gauche formulées par Marine Le Pen et Florian Philippot, vice-président du FN, l’objectif principal de Mme Le Pen reste le rassemblement de la grande famille de l’extrême droite. A cette fin, elle prend soin de ponctuer ses discours de références familières aux identitaires, telles que la mise en valeur de certains épisodes de l’histoire de France ou le lien charnel avec la nation. Elle a, sur ce point, été à bonne école : c’est aussi ce que, avant elle, faisait son père.

 

La responsabilité du système

Sur la professionnalisation du parti, un effort qui tient tant à cœur à sa présidente, la piètre gestion du problème Jean-Marie Le Pen est d’assez mauvais augure. Incapable de faire une lecture correcte des statuts de son propre parti, Mme Le Pen a laissé échapper ce qui aurait dû se régler comme une affaire interne, préférant rejeter sur les médias, qu’elle accuse de favoriser son père, la responsabilité du « système ». La gestion d’une autre affaire embarrassante, celle de l’enquête menée par la justice sur deux structures dirigées par des proches de Marine Le Pen, le microparti Jeanne et la société Riwal, révèle aussi une grande légèreté de la part de la présidente du FN : malgré plusieurs mises en examen dans une affaire qui secoue son parti, Mme Le Pen s’en tient à ses attaques rhétoriques coutumières contre, toujours, « le système » et une justice aux ordres qui ourdit de sombres machinations visant à détruire le Front national.

 

A son crédit, la présidente du FN peut se targuer du bilan des mairies FN qui, pour l’instant, ne soulèvent pas de conflits majeurs, servent sa stratégie d’enracinement et lui ont permis de bons scores aux élections départementales. Pour le reste, elle est encore loin du but. Et l’éviction brouillonne du père ne suffira pas à l’en rapprocher.

 

16:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

vendredi, 21 août 2015

Les Le Pen, une histoire machiavélique.

Pour comprendre l'erreur commise par la présidente du FN en excluant son père, il faut lire l'auteur du «Prince».

 

Avant de se rendre devant le Bureau exécutif du FN, Jean-Marie Le Pen a pris soin de tweeter un message de condoléances pour la mort d'Emmanuel Ratier, écrivain cherchant l'influence sioniste ou franc-maçonne dans la vie politique. Le message est clair: pas de concession, jamais.

 

Le voilà exclu. Nombre de militants du FN peuvent se demander comment le parti en est arrivé là. Les autres s'interrogent sur les répercussions de cette tragicomédie familiale.

Comment en sont-ils arrivés là? En politique, Nicolas Machiavel (1469-1527) demeure assurément l’un des meilleurs maîtres. Florian Philippot et Marine Le Pen ne l'ont probablement pas lu, et c'est fort dommageable pour eux.

Dans le domaine de la cruauté, le maître florentin est explicite: «Il y a des cruautés bien pratiquées et des cruautés mal pratiquées.» Les premières sont étendues et commises au début du règne afin de pourvoir à la sûreté du nouveau prince (par exemple, Hitler, en massacrant à la fois sa droite et sa gauche le 30 juin 1934, appliqua parfaitement ce principe). Le prince arrivant au pouvoir doit déterminer posément toutes les cruautés qu'il lui est utile de commettre et les exécuter en bloc pour n'avoir pas à y revenir.

Dégât moral

En acceptant de confier à son père la présidence d'honneur du parti en 2011, et en ne prévoyant pas à l'avance de voie de sortie, Marine Le Pen a emprunté le chemin inverse de celui décrit par Machiavel. Mais, pis, l'auteur italien nous enseigne sur l'étendue des problèmes posés par une faiblesse initiale. Il nous explique que les cruautés mal pratiquées, de peu nombreuses au début, «se multiplient avec le temps au lieu de cesser». Les sujets sont alors rongés par une continuelle inquiétude. Le prince est désormais contraint de toujours «tenir le couteau en mains»... ce qui finit par mal tourner. Voilà le meilleur éditorial sur l'état de la lepénie.

Une fois l'erreur commise, comment se débarrasser de celui que l'on a été trop faible pour éliminer dès le départ? Ce que Machiavel exprimera en termes brutaux dans l'Histoire de Florence («Quant aux hommes puissants, ou il ne faut pas les toucher, ou quand on les touche il faut les tuer»), il l'enveloppe davantage dans Le Prince, mais c'est exactement la même pensée, et elle est très claire:

«Sur quoi il faut remarquer que les hommes doivent être ou caressés ou écrasés; ils se vengent des injures légères; ils ne le peuvent quand elles sont très grandes; d'où il suit que, quand il s'agit d'offenser un homme, il faut le faire de telle manière qu'on ne puisse redouter sa vengeance.»

Florian Philippot et Marine Le Pen se sont mis dans cette situation. Pis, Marine Le Pen, en rejoignant son vice-président dans la position d'absents au Bureau exécutif, avalise les bruits qui l'accusent d'être sous son emprise (même si les frontistes présentent cela comme une élégance pour qu'ils ne soient pas «juges et parties»). Et, même dépendante, sa main paraît tremblante... alors qu'elle a en compétiteur un Nicolas Sarkozy dont ce n'est pas le défaut.

Avant d'entrer dans le siège du parti, Jean-Marie Le Pen a lâché à la presse: «Les chefs sont aux abris, il n’y a que les fantassins ici». Dans son allocution devant le Bureau exécutif, Bruno Gollnisch, toujours fidèle quoique lui-même trahi par l'ancien président du FN au bénéfice de sa fille, en appelait à la «décence» de ceux qui, sans Jean-Marie Le Pen, ne seraient rien. Le dégât moral est patent.

César et Brutus

Quelle aurait été l'attitude d'un leader politique empreint de la pensée de Machiavel? Marine Le Pen aurait demandé à Florian Philippot d'assumer le meurtre du père. Puis elle l'eût éliminé. Il aurait porté seul la charge du sacrifice du père, et l'opprobre qui couvre le parricide. Du même coup, elle se serait débarrassé d'un encombrant conseiller désavoué par sa base (il n'a obtenu que la quatrième place au congrès de l'automne 2014) et dont la stratégie a été perdante dans les urnes (la contre-performance des élections départementales). Elle se serait recentrée entre ses ailes libérale-conservatrice et souverainiste-interventionniste. «Tête haute», elle aurait eu les «mains propres»... et libres. Mais, plutôt que Machiavel, la voici Lady Macbeth, cette héroïne de Shakespeare qui ne parvient pas à laver ses mains de tout le sang qu'elle a fait couler pour arriver au sommet.

Est-ce à dire que le chaos présent va gêner politiquement la dynamique frontiste? Pas exactement. Demeurons pragmatiques. Les statuts du Front national donnent tout pouvoir à sa présidente, en particulier en ce qui concerne les investitures. Soutenir Jean-Marie Le Pen contre Marine Le Pen serait donc renoncer aux capitaux financiers et sociaux que permet aujourd'hui d'obtenir une investiture FN. Certes, nombre de militants peuvent être consternés que Florian Philippot, si virulent à l’encontre de Jean-Marie Le Pen sur les plateaux de télévision et les réseaux sociaux, paraisse ne pas avoir accepté d'affronter yeux dans les yeux le cofondateur du FN. Cela apparaît comme une dérobade, et ce n'est pas là la représentation de l'honneur que se fait un homme d'extrême droite.

Publicité

Quand les mégretistes croyaient avoir quasiment vaincu Jean-Marie Le Pen en décembre 1998, le vieux chef d'extrême droite lança sa sa contre-charge par ces mots: «Ce qui me différencie de César, qu’approchait Brutus le couteau à la main et qui releva sa toge pour se couvrir la tête, c’est que, moi, je sors mon épée et je tue Brutus avant qu’il me tue!» S'il n'est plus en mesure aujourd'hui de rééditer ce contre-coup de force, il conçoit toujours la vie comme un combat. Il ne désarmera pas. Malin, il est sorti du Bureau exécutif en prenant un ton magnanime, réunificateur, faisant montre de cette «clémence de César» –pour reprendre une expression qu'il affectionne. Cette attitude est probablement à même d'attirer des sympathies parmi les militants, mais non des soutiens de cadres. Il n'y aura donc pas de dynamique au sein de l'appareil pour soutenir un homme âgé de 87 ans. Marine Le Pen ne peut que mécaniquement gagner le rapport de forces avec son père, le renouvellement des adhésions depuis 2011 jouant aussi en sa faveur.

Jean-Marie Le Pen ne cédera pas

En revanche, il peut y avoir un trouble de l'électorat conservateur. Marine Le Pen a besoin d'en arracher une partie pour réussir le premier tour de l'élection présidentielle de 2017. Le problème sera sans doute moins l'évacuation d'un ténor âgé, qui a souvent dit lui-même qu'il était l'homme le plus haï de France, que l'incapacité de sa fille à faire fonctionner les statuts d'une association.

Les partis politiques sont juridiquement de simples associations sans but lucratif. Or, des associations loi 1901, il y en a 1,1 million en France, rassemblant 23 millions de personnes: nos concitoyens connaissent la réalité associative. Marine Le Pen se positionne comme une candidate crédible, sérieuse, et s'est même plusieurs fois offert le plaisir de critiquer des positions de la droite conservatrice en les traitant de démagogiques ou d'amatrices. Il ne sera pas forcément aisé d'arriver devant l'électorat conservateur en lui demandant de la préférer à Nicolas Sarkozy, pour un poste où elle veut sortir la France de l'euro, ou elle jouerait un rôle essentiel au Conseil de sécurité de l'ONU en rapprochant la France de la Russie, alors qu'elle n'arrive pas à faire fonctionner une association... Aussi, si l'effet parricide sera sans doute sans guère d'incidence électorale directe, on ne voit pas comment un homme politique aussi décomplexé dans sa brutalité que Nicolas Sarkozy se priverait de marteler cet argument.

En outre, le document que Jean-Marie Le Pen a adressé aux membres du Bureau exécutif, mis en ligne par le journal libéral L'Opinion, montre sans ambages qu'il ne cédera jamais. Mobilisant la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme, le président d'honneur du FN y tient un raisonnement baroque assimilant la commission disciplinaire d'une association à un procès judiciaire. La mauvaise foi est absolue, certes, mais elle fait partie des armes politiques.

Le FN a décidé de ne pas faiblir. L'ex-frontiste Jean-Marie Le Pen n'en restera pas là. Car, et c'est chose fâcheuse pour Florian Philippot et Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen a une excellente culture classique. Il a lu Machiavel.

 

source : slate.fr

03:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

jeudi, 20 août 2015

Sort de J-M Le Pen : Marine Le Pen et Philippot absents du bureau exécutif

L'esquive en politique n'aura qu'un temps. Et cela vaut aussi bien évidemment pour Hénin Beaumont.

 

_______

 

La présidente du Front national Marine Le Pen et son bras droit Florian Philippot seront absents jeudi du bureau exécutif pour «respecter une impartialité totale» de cette réunion, qui doit décider du sort de Jean-Marie Le Pen et de sa possible exclusion du FN, a-t-on indiqué mardi soir dans leur entourage.

«Mme Le Pen et M. Philippot, objets des attaques et des injures de M. Le Pen, ne veulent pas être juge et partie. Il seront donc absents de cette réunion» pour «respecter une impartialité totale», a déclaré à l’AFP une source proche de Marine Le Pen, confirmant une information de L’Opinion.

Jean-Marie Le Pen a, lui, confirmé lundi qu’il se rendrait bien au siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine) jeudi pour assister à ce bureau exécutif. En l’absence de Mme Le Pen, la réunion sera donc présidée par Jean-François Jalkh, premier vice-président du FN.

Le bureau exécutif a également pour membres Nicolas Bay, Louis Aliot, Steeve Briois, Wallerand de Saint-Just et Marie-Christine Arnautu.

 

Source : Ledauphine.com

04:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mercredi, 19 août 2015

L'Allemagne a fait son beurre avec la crise grecque !

L'Allemagne, qui a adopté une ligne dure vis-à-vis d'Athènes, a fortement profité de la crise économique et financière en Grèce, révèle un institut d'études économiques allemand lundi. Selon des calculs de l'institut Leibnitz de recherche économique (IWH), l'Allemagne a pu réaliser des économies budgétaires de quelque 100 milliards d'euros depuis le début de la crise grecque en 2010, soit plus de 3 % du produit intérieur brut (PIB). "Ces économies dépassent le coût engendré par la crise, et ce, même si la Grèce ne remboursait pas entièrement sa dette", écrivent les économistes. "L'Allemagne a donc dans tous les cas profité de la crise en Grèce", poursuivent-ils.

Les experts ont effectué des simulations en partant du constat que les investisseurs confrontés à une crise économique effectuent le plus possible des placements sûrs. "Durant la crise européenne de la dette, l'Allemagne a profité de cet effet de manière disproportionnée", selon eux. Ils ont également cherché à évaluer quelle aurait été une politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) neutre pour l'Allemagne durant cette période. "On en vient à des taux simulés sur les emprunts d'État allemands qui, en moyenne entre 2010 et aujourd'hui, sont 3 % plus élevés à ce qu'ils ont été dans la réalité", selon eux, ce qui revient à des économies budgétaires globales d'au moins 100 milliards d'euros sur les quatre dernières années et demie.

"Diktat"

L'Allemagne a également raflé d'importants contrats lors des privatisations menées tambour battant par Athènes depuis 2011 en échange de l'aide financière des Européens notamment. La société Fraport, associée à un entrepreneur grec, a notamment décroché le contrat de rachat de 14 aéroports régionaux grecs, dont certains très touristiques comme Corfou, pour environ un milliard d'euros. L'Allemagne a adopté un ton très ferme dans la crise grecque, martelant sans cesse la priorité aux mesures d'austérité malgré l'asphyxie de l'économie hellène. Elle a même été accusée par certains économistes et responsables politiques d'imposer son "diktat" lors des dernières négociations entre la Grèce et ses créanciers européens mi-juillet en vue d'un troisième plan d'aide.

La chancelière Angela Merkel s'est engagée de longue date auprès des contribuables à ce que les plans d'aide accordés à Athènes ne leur coûtent rien. Berlin est également radicalement opposé à un effacement partiel de l'abyssale dette grecque alors que la plupart des économistes et certaines institutions internationales comme le FMI la jugent insoutenable (à plus de 170 % du PIB).

 

Source : Le Point.fr

05:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 18 août 2015

Le maire FN d'Hayange organise la 2e édition de la Fête du cochon en pleine université d'été du FN

Elle était sympa, cette première édition de la fête du cochon à Hayange, en septembre dernier. Les personnes présentes avaient plutôt bien mangé durant cette journée qui devait permettre de "renouer avec les traditions lorraines qui ont depuis toujours mis en avant cet animal sympathique et incontournable de nos campagnes et de nos assiettes", expliquait la mairie sur son site internet. Tellement "sympathique" ce cochon que des membres de groupuscules d'extrême droite avaient pris part à la fête, tout heureux qu'ils étaient de pouvoir manger du jambon tout en menaçant des journalistes.

Pas grave. Selon LORACTU.fr, le maire FN d'Hayange Fabien Engelmann a décidé de reconduire l'événement, dimanche 6 septembre. Une information confirmée au Lab par l'élu frontiste.

Hasard du calendrier, le 6 septembre aura également lieu la deuxième journée de l'université d'été du FN à Marseille. Marine Le Pen donnera son discours à 15h15 pétantes mais Fabien Engelmann ne sera pas sur place pour l'entendre. Après avoir vécu une année difficile, faites de plainte et d'accusations de fraudes, le maire d'Hayange ne s'affichera pas aux côtés des pontes du FN

Contacté par le Lab, Fabien Engelmann explique pourquoi il ne sera pas à Marseille. Une marche ayant lieu à Hayange le week-end suivant, il était obligé d'organiser la Fête du cochon le 6 septembre. Mais son absence n'a rien de politique, jure-t-il. Il dit :

Ne voyez pas le mal partout. Il n'y a absolument pas de message politique derrière cette absence. La preuve, c'est que je serai candidat aux régionales.

Officiellement donc, Fabien Engelmann n'est pas un problème pour Marine Le Pen.

Mais revenons à la Fête du cochon. Certains mouvements nationalistes ont déjà décidé de communiquer sur le sujet, comme Lorraine Nationaliste, groupuscule dont le logo est en partie composé d'une croix celtique...





L'organisation, qui se présente comme un "mouvement nationaliste pour la France aux Français" annonce donc déjà sa présence à Hayange, dimanche 6 septembre. L'ambiance risque d'être un tantinet tendue. "Différents groupements de crasseux antifas nous ont déjà promis sur un site internet d’être sur place pour nous accueillir", prévient Lorraine Nationaliste sur son site internet.

"Vous savez que dans toute fête, on n'est pas à l'abri d'avoir deux, trois imbéciles. […] Je ne partage en aucun cas l'idéologie de ces groupuscules d'extrêmes droite, racistes et xénophobes qui nous viennent je ne sais pas d'où, du fin fond de Nancy. Mais ils ne sont que trois", s'était défendu Fabien Engelmann en septembre dernier. Mais, sur place, les extrémistes étaient sans doute un peu plus…

 

Source : lelab.europe1.fr

05:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 17 août 2015

Rétrospective en images (13)

Sa première décision médiatique fut d'exclure la LDH des locaux mis à sa disposition par la ville. Les "cloportes" étaient sans autre forme de "procès" priés de quitter le plancher.

Certains purent y voir la suite logique  d'un affrontement entre Steeve Briois sortis vainqueurs des urnes et les partisans des droits de l'homme opposés à l'idéologie à laquelle se réfère le FN.

Ce fut pourtant une décision significative d'un refus : celui de toute forme de contre pouvoir !

 

Vinrent en effet et aussi les attaques disproportionnées et bien souvent mensongères de Steeve Briois contre ses opposants - siégeant ou non au sein du conseil municipal - sans oublier ses diatribes à l'encontre de la VDN.

 

Il n'est pourtant nul besoin d'être intelligent pour savoir à quoi conduira l'autoritarisme lorsque le temps des caches misères ne pourront plus rien contre les difficultés auxquelles il conviendrait de s'attaquer.

 

Quant à Steeve Briois, dont on connaît l'amour des institutions européennes et de la LDH, le voir prêt à aller jusqu'à la

Cour européenne des droits de l'homme après avoir été débouté de sa plainte contre le livre révélant son homosexualité, pourrait lui attirer bien plus que des moqueries, y compris et surtout dans ses propres rangs.

 

Pour ce qui concerne la ligue et parce que la défense des droits de l'homme ne s'arrête pas aux frontières d'une ville, elle continue son action y compris et bien évidemment sur Hénin Beaumont. Sans aucun doute la plus intelligente des réponses apportée aux provocations aussi stupides qu'inefficaces de Steeve Briois.

image.jpg

 

00:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

samedi, 15 août 2015

Création d'une association de défense des animaux. Oui, mais

image.jpgMadame Beigneux serait elle mal informée ?

Certes, d'association 100% héninoise, il n'existe pas. Mais nous pourrions alors l'inviter à sortir des frontières de la ville pour pousser à Montigny les portes de "chiens et chats en détresse".

Et si d'aventure l'éloignement s'avérait pour elle trop important, il peut être aisé d'entrer en contact par le biais du lien suivant : www.chiensetchatsendetresse.fr

Madame Beigneux découvrira sur ce site notamment un vers de Lamartine que nous lui proposons de lire aux dirigeants de son parti pour qui on ne peut tout de même pas accueillir toute la misère du monde : 

« On n'a pas deux cœurs, l'un pour l'homme, l'autre pour l'animal… On a du cœur ou on n'en a pas ».

 

Et d'attirer l'attention de l'adjointe aux affaires sociales, conseillère intercommunale et conseillère départementale, qui n’aime pas trop que l’on parle d'elle, sur les points suivants :

1) La VDN parle d'un terrain et d'un local pour la création d'un refuge. Qu'en est-il de leur emplacement et d'une information aux habitations qui pourraient être situées à proximité ?

2) il existe en la matière une règlementation qui pour le bien être et les soins des animaux recueillis ne  s'accommode que très mal avec toute formes d'improvisation. Qu'en est-il notamment des mesures initiées par les soins de madame Beigneux pour y satisfaire ?

3) ses 3 mandats méritent qu'un  temps conséquent à leur bonne exécution y soit consacré. Le cumul lui paraît il compatible avec l'exercice d'une fonction au sein du bureau du refuge qui pourrait être constitué ? 

Qu'il existe aussi des droits et obligations pour les dirigeants bénévoles associatifs. 

Nous y veillerons dans l'intérêt de la population et des contribuables.

03:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

vendredi, 14 août 2015

Rétrospective en images (12)

Cette année encore, le marché aux puces de Darcy créé par l'ALPH a connu un franc succès, plus important encore que celui des années précédentes.

Animer un quartier est déjà en soi un beau challenge. Mais c'est aussi un excellent prétexte pour cette association poursuivre son objet : l'aide aux loisirs des personnes handicapées.

Régulièrement, l'association est en mesure d'aider les familles concernées pour l'acquisition de matériels - bien souvent onéreux - spécifiques et adaptés, grâce aux bénéfices tirés des différentes manifestations (notre photo prise en décembre 2011)qu'elle organise.

image.jpg

 

04:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |