Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 janvier 2015

Regarder derrière tout en osant parler d'avenir !

image.jpgDans son dernier entretien à la VDN(1), Eugène Binaisse a souhaité à juste titre rétablir certaines vérités que nous avions ici même et à plusieurs reprises développé. 

Eugène Binaisse a commis des erreurs, a souffert d'une manque d'expérience politique, n'a pas suffisamment écouté. Ces choix ont pu être et peuvent demeurer contestables. 

Comment notamment se satisfaire du propos selon lequel "Notre groupe (opposition municipale) a bien l’intention de jouer son rôle. On mérite le respect, au nom des 3 400 personnes qui nous ont fait confiance.» 

Réduire l'opposition à la seule composante municipale constitue une double erreur : politique et d'appréciation. Ce n'est pas une question d'ego dont il s'agit, mais de la certitude qu'il importe de mettre un terme aux logiques d'appareil concurrentielles, dans lesquelles plusieurs membres de cette même opposition municipale semblent pourtant déjà s'être enfermés. 

Quant à l'ambition qu'il convient de porter, elle doit prendre la forme d'une date et d'un objectif : 2020 et s'adresser à TOUS les héninois et beaumontois. 

 

C'est le devoir du politique que d'engager la controverse, lorsque la situation le nécessite, sur le seul champ qui vaille : celui du débat d'idées.

Steeve Briois a choisi une autre voie : celle des sous entendus, de sa victimisation et de son auto promotion. Les urnes lui ont malheureusement donné en mars dernier raison, parce que d'autres avant lui avaient emprunté le même chemin. Le sillon est profond mais il deviendra aussi ... glissant.

Ces 15 dernières années ont vu Hénin Beaumont s'enfoncer dans le marigot des affaires, des colportages, des mensonges, des perfidies, sans que véritablement personne n'ait eu le courage de tenter de l'en sortir en misant sur la réconciliation et l'intelligence collective.

Steeve Briois peut se présenter en vrai maire, en maire de tous les héninois, il suffit d'observer, y compris dans son propre camps, pour mesurer ce qu'il en est réellement.

 

Ses voeux à la population relevèrent bien plus du meeting politique (combien étaient-ils réellement les héninois et beaumontois présents dimanche dernier ?).

Et il est pour le moins amusant de voir comment Steeve Briois s'évertue à s'attribuer les mérites des chantiers engagés par son prédécesseur, ces mêmes chantiers vis à vis desquels parfois il n'eut pas de mot assez durs pour en dénigrer la portée.

 

Orphelin de Gérard Dalongeville, Steeve Briois continue aujourd'hui à regarder derrière tout en osant parler d'avenir. Pas de doute la ville avance ... droit dans le mur.

 

(1) Extraits de l'entretien publié dans la VDN

 

La première mesure forte de la nouvelle municipalité a été de baisser la taxe d’habitation. « Nous avions aussi baissé le taux de la taxe d’habitation. On a fait ce qu’il fallait pour que ce soit possible. Nous avons résorbé le déficit de cette ville en 2012, et la chambre régionale des comptes nous a félicités pour cela.»

La longue liste des économies réalisées et des contrats renégociés déclinée par Steeve Briois ne l’a pas bluffé. « Quand un contrat se termine, il est évident qu’il s’agit de le renégocier à la baisse. Nous en aurions fait autant. » 

 

Les questions scolaires ? « On ne peut pas laisser dire que M.Briois a rénové les écoles. Pantigny, Michelet : les dossiers avaient été montés par nous. Les TAP, nous les avons préparés.» Sur le recours aux agents municipaux : «On a multiplié les achats de matériels pour les équiper, mais on ne peut pas tout faire réaliser par des agents communaux. »

 

Steeve Briois a aussi insisté sur l’événementiel : « Il a rajouté une fête, les Médiévales, les autres existaient. Il a meublé un peu plus le marché de Noël, nous en avions l’intention. Nous l’avons fait évoluer d’une année sur l’autre mais il fallait faire avec des moyens limités.» 

 

Le maire a remarqué que la sécurité s’était améliorée ? L’ancien ne voit pas d’évolution flagrante.

 

04:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

jeudi, 29 janvier 2015

Contestable et contesté, assurément !

"Steeve Briois élu local de l’année", un choix contestable et contesté pour et par d'éminents représentants du PS.

Tout cela est ma foi fort bien mais comme il eut été aussi de bon ton de voir ce "contesté et contestable" claironné avec autant d'ardeur en 2007.

Date à laquelle et au sortir d'un énième rapport de la CRC, Gérard Dalongeville fut intronisé par ce même PS pour mener en son nom la campagne des municipales. Gageons d'ailleurs que ce dernier eut pu être distingué par ce même Trombinoscope que sans doute, peu, parmi ces dirigeants, eut trouvé à redire.

Si la logique politicienne s'était effacée au profit d'une morale politique et citoyenne, la face d'Henin Beaumont en aurait été aujourd'hui fort probablement différente.

Le propos du jour n'a pas l'ambition de réécrire cette histoire locale dramatique que nous connaissons.

Reste toutefois que ce concert de "désapprobation socialiste" est donc pour ma part lui aussi contesté et contestable.

D'une part parce que dans une démocratie et jusqu'à preuve du contraire ce ne sont pas les récompenses honorifiques qui font les femmes ou les hommes politiques mais bien les urnes.

10944626_919078681450436_2122110442_n.jpgD'autre part, parce que cette dramatisation de ce qui aurait dû rester un non événement est la plus belle des perches tendues à Steeve Briois mais aussi qu'elle est en outre et surtout en sérieux décalage avec ce qu'il  convient d'entreprendre pour reconquérir un électorat héninois et beaumontois, qui a tout de même de bien bonnes raisons de s'être senti trahi et abandonné.

J'entends bien qu'il importe d'assurer ces sympathisants des valeurs que l'on prétend incarner.

Mais il est aussi et pour le moins  une seconde obligation, qui plus est à Hénin Beaumont : il s'agit d'aller convaincre bien au delà du cercle de ses amis.

L'avenir mérite d'appartenir à ceux qui s'efforcent de le rendre possible et non qui se contente de l'attendre voire de le subir.

Voilà pourquoi Hénin Beaumont Action s'est créée : notamment pour sortir de la petite politique politicienne dans laquelle il peut être confortable de se loger, mais qui au final permettra à Steeve Briois de poursuivre en père peinard et franchouillard sur la route que certains lui ont ouvert et que d'autres continuent de lui tracer !

S'en est assez du fatalisme et du défaitisme de ceux qui ambitionne 2026 en attendant une erreur de Steeve Briois, comme si d'erreur déjà commise il n'y avait pas !

Voilà pourquoi, j'invite celles et ceux qui n'en peuvent plus de ces gesticulations politiciennes à nous manifester leur soutien et s'ils le souhaitent à nous rejoindre.

Non pas pour délaisser leurs convictions (bien au contraire), non pas pour batailler contre les appareils auxquels elles et ils appartiennent ou ont appartenu, mais tout bonnement pour forcer ces derniers à changer de matrice, celle là même qui permis à Gérard Dalongeville de perdurer et qui fit que notre ville d'Hénin Beaumont fut sacrifiée sur un autre autel que celui de l'intérêt général.

À cinq ans des prochaines municipales, le temps est d'ores et déjà compté !

Patrick PIRET

 

03:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mercredi, 28 janvier 2015

Élu produit de l'année.

La VDN nous informe que le Trombinoscope a souhaité cette année mettre à l’honneur le maire d'Hénin Beaumont, aux côtés notamment de Manuel Valls et d'Emmanuel Macron.

Pour le journaliste, cette distinction devrait faire grincer les dents ...

Certes, il eut été plus simple pour qui aspire attirer l'attention de tous les héninois et beaumontois sur le fond (et non la forme) de l'action de Steeve Briois que cette mise en lumière n'exista pas. 

C'est en effet une belle opportunité pour ce dernier promouvoir sa politique, et force est de constater qu'il n'a pas au demeurant déjà manqué de la saisir.

Ceci étant, il serait pour le moins ridicule de considérer le 23 mars dernier comme un épiphénomène dont nous n'aurions que faire.

C'est tout le contraire. Il y eut un avant à dénoncer et il nous faut désormais et plus que jamais œuvrer à un après. 

Le FN à beau s'employer à bercer d'illusions les héninois et beaumontois que ça n'en fait pas pour autant un mirage.

Il n'est donc aucune raison valable qui nous autoriserait à grincer des dents et ce d'autant plus que ce n'est pas tant la qualité de l'action d'un maire qui est par le Trombinoscope récompensée, mais plutôt la notoriété (bonne ou mauvaise), l'influence d'un homme de parti, d'un homme d'appareil, d'un homme de système qui par cette distinction sont ici  reconnues

Si Steeve Briois s'évertuait à laisser croire le contraire, il lui faudrait alors expliquer pourquoi il devrait en aller différemment pour les socialistes Emmanuel Valls et Emmanuel Macron. 

Steeve Briois, pourrions nous dire, est donc un - parmi d'autres élus - produit de l'année. 

image.jpgCela n'empêchera nullement de rester plus que jamais vigilant sur le contenu de ce que propose ledit "produit". Pour ce qui est de l'emballage, il conviendra aussi de conserver un œil pour dénoncer une DLC  des idéaux frontistes  totalement dépassée, et ce quand bien même leur AOC ne fait plus depuis longtemps aucun doute.

Et pour conclure, se dire que Steeve Briois en acceptant cette distinction s'en va cautionner ce contre quoi pourtant son parti et lui ont prétendu agir  :

- le cumul des mandats (c'est bien notamment sur la base de celui-ci que le Trombinoscope s'est prononcé en faveur du représentant frontiste) 

- un système médiatique dont il accepte sans la moindre difficulté cette fois ci et la méthode et l'analyse.

 

03:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 27 janvier 2015

C'était un 30 mars 2015

Aux lendemains de la cérémonie des voeux municipaux héninois, je ne résiste pas à la tentation de publier à nouveau ce document fiction daté du 8 janvier 2014. 

Nonobstant quelques singularités liées aux sujets d'actualité d'alors, chacun pourra ou non apprécier la trame d'un courrier dont on peut se demander si elle n'a pas inspiré le(s) rédacteur(s) du discours prononcé ce dimanche par Steeve Briois.

http://alterecho.hautetfort.com/apps/m/archive/2014/01/04...

07:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 26 janvier 2015

Vœux municipaux : l'auto satisfaction pour unique bilan et seules perspectives !

image.jpg

Alors certes, il aura été permis d'apprécier le récital donné par la chorale des mineurs polonais de Douai.

Pour le reste, la 1ère cérémonie des vœux de Steeve Briois fut conforme à tout ce qu'on pouvait en attendre : un meeting politique à la sauce made in FN et une organisation tout pour la gloire du 1er magistrat. 

Ce n'est pas en soit ni surprenant, ni nouveau, mais pour autant cela demeure toujours aussi critiquable.

Une méthode en creux où l'objectif est de dénigrer l'opposition et de sur jour sa partition et pour ce faire s'attribuer tous les mérites.

Ainsi Steeve Briois ira notamment s'enorgueillir des travaux effectués dans les écoles Pantigny et Michelet qui furent pourtant conçus et lancés sous la mandature de son prédécesseur.

Beaucoup plus discutable cette sempiternelle habitude à dénigrer en recourant aux sous entendus les plus pernicieux. 

Attitude déplorable non seulement parce que Steeve Briois se sait à l'abri de toutes les réponses que devraient pourtant être en droit d'apporter immédiatement les personnes ainsi incriminées mais aussi parce les montagnes annoncées devraient accouchées, d'une souIs.

De même Steeve Briois tiendra t'il a évoquer toutes les manifestations que "Nous" (sous entendu la majorité actuelle) avons organisé témoignant ainsi de ce que Hénin Beaumont Action  dénonce depuis plusieurs mois : une volonté délibérée d'avoir la main mise sur les associations. 

Et c'est sur la base de son monologue que Steeve Briois s'en ira inviter chacun à s'habituer pour de très nombreuses années à le voir occuper le fauteuil de maire.

Vanité puérile qui en dit beaucoup de l'autosatisfaction d'une majorité qui aimerait sans doute ne plus avoir au bout de 10 petits mois seulement de compte à rendre au suffrage universel.

Pêché d'orgueil qui conduira Steeve Briois à faire état des économies qui ont selon lui été réalisées (et qu'il chiffre à 248 000 €), à évoquer certaines dépenses d'un montant bien plus conséquent que lesdites économies, à en oublier d'autres (qu'en est-il par exemple de celles liées aux projets de création et de réhabilitation d'équipements sportifs dont il ne fut hier question ?) et donc à confirmer les craintes très sérieuses qu'il est de notre devoir d'avoir de nouveau quant au devenir financier de notre ville.

10 mois, c'est aussi le temps pour Steeve Briois faire des aveux : ceux de son impuissance réelle à agir efficacement contre l'insécurité et le chômage. 

Oubliés déjà  les promesses de campagne et les slogans tapageurs auxquels le FN aiment depuis tant d'années  recourir pour séduire l'électorat. 

Et de rejeter la responsabilité de son impuissance sur l'Etat, comme si celui-ci avait vu ses compétences en la matière évoluer ces derniers temps. 

Que Steeve Briois désirerait prendre les Héninois et Beaumontois pour des imbéciles qu'il n'aurait nul besoin de s'y prendre autrement.

C'est tout le bien fondé de la démarche engagée par Hénin Beaumont Action qui ce dimanche matin à été confortée.

Parce qu'au delà de ce que tous les démocrates et républicains ont pu lors de ces vœux ressentir, ce socle qui aurait dû faire ciment pour le moins depuis 2008, au delà des provocations politiciennes qui dans ce bassin minier relève du fait culturel, des incohérences qui ce dimanche matin se sont de nouveau manifestées, de l'autosatisfaction marque de fabrique d'une majorité qui n'est pas aussi sereine que ce qu'elle aime à dire, c'est aussi une méthode, celle du bulldozer, et des résultats qui pour le moins n'ont rien d'exceptionnels qu'il a été permis d'observer.

Gageons qu'en 2016, il en faudra bien plus à Steeve Briois pour réussir à convaincre qu'Hénin Beaumont est autre chose que le laboratoire des ambitions d'une Marine Le Pen venue aux vœux de son maire préfère, probablement pour oublier les profondes divergences qui actuellement secouent le FN et mettent à mal son leadership. 

 

04:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

samedi, 24 janvier 2015

Ouf, j'ai eu très peur.

Chère Madame Le Pen,

Ouf, j'ai eu très peur.

Très peur en apprenant que M. Aymeric Chauprade n'était plus le chef de la délégation du Front national au Parlement européen, puisque vous en aviez ainsi décidé.

Oui, j'ai eu très peur.

C'est vrai qu'on ne doit pas badiner avec la ligne du parti, et faire dans la demi-mesurette, foi de Jean-Marie.

Mais fort heureusement, vous m'avez vite rassuré Madame Le Pen.

Parce que Aymeric Chauprade m'a t-on dit reste votre conseiller aux questions internationales.

Parce que dans sa vidéo, Aymeric Chauprade a pu dénoncer "une cinquième colonne" islamiste en France et "la menace très grave sur son avenir" que " l'islam fait planer sur la France ",  qu'il a pu évoquer également un Hexagone " en guerre avec des musulmans, pas avec les musulmans, mais avec des musulmans"  et déclarer sans coup férir  : "On nous dit qu'une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d'allemands l'était avant 1933 et le national socialisme." et que finalement vous ne l'avez pas viré.

J'ai eu peur parce que je dois vous avouer que j'avais eu quelques difficultés à avaler la levée de la suspension de ce Maxence Buttey, cet élu FN  converti à l'Islam, alors qu'il fut accusé de prosélytisme pour avoir vanter l'Islam auprès de plusieurs de nos cadres ! Quelle drôle d'idée.

Je me souviens avoir  bien pensé à ce bon monsieur Florian Philippot, lui qui déclara au sujet de ce dénommé Buttey : "sa religion n'est pas l'affaire du parti, car nous défendons la laïcité. Mais là, on a quitté le domaine de la conviction personnelle et de la foi. Un parti politique n'est pas le lieu pour cela. "

J'ai eu peur aussi pour notre Marion qui n'a pas suivi votre consigne et a pris l'initiative de relayer la vidéo de M. Chauprade. 

Il eut été dommage de laisser croire que vous étiez prête à laver votre linge propre en famille.

J'ai eu peur, mais vous m'avez vite rassuré madame Le Pen. Un grand merci à vous de faire bénéficier à monsieur Chauprade du soutien juridique du FN.

Comme quoi j'avais mille fois raison d'accorder de l'importance à l'existence d'un "lobby gay", selon M. Chauprade, au sein du FN. C'est en tout cas ce que j'ai pu lire dans le Huffingtonpost. Faudrait peut être voir à ne plus les inviter eux aussi à vos conférences de presse ceux là. 

J'ai eu peur aussi parce qu'à Hénin Beaumont il se dit que Steeve chercherait à  s'attirer les bonnes grâces de la communauté musulmane.

Je trouve  ça étonnant vu que lors des dernières législatives il n'avait pas trop trouver à redire sur la distribution par nos troupes du faux tract de Melenchon.

Je m'en souviens comme si c'était hier. "Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb." Et dire qu'il n'était pas content. Pourtant on a appelé à voter pour lui.

Je ne sais pas vous, mais moi quand j'ai besoin de me regonfler le moral, j'entonne le fameux "on est chez nous, on est chez nous" de meeting.

Quoi qu'il en soit, je vous glisse deux photos précieusement gardés.

J'espère que vous apprécierez.

Ne vous inquiétez pas Aymeric (permettez que je vous appelle par votre prénom) , et vive la France, vive Marine Le Pen !

Bruno 

 

image.jpg

image.jpg

———

 

Ce courrier est une caricature. Ce Bruno n'existe pas. Les faits évoqués ont été en revanche développés dans de nombreux médias. 

 

 

06:42 Publié dans Caricature | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

vendredi, 23 janvier 2015

Tournoi de football en salle organisé par l'UFC

Samedi dernier s'est déroulé le tournoi en salle par l'UFC.

10 équipes se sont rencontrées dans une ambiance sympathique.

image.jpg

image.jpg

image.jpg

image.jpg

image.jpg

04:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

jeudi, 22 janvier 2015

Steeve Briois est-il toujours membre du FN ?

Très bon article que celui d'Octave Nitkowski publié dans le Huffingtonpost (http://www.huffingtonpost.fr/octave-nitkowski/islam-front-national_b_6505278.html). 

Il s'inscrit dans la droite ligne de ce que depuis plusieurs mois je dénonce, au "risque" parfois de me faire reprocher mes illustractions des multiples incohérences propres au FN de Steeve Briois.

Ces incohérences ne sont pas le fruit d'interprétations politiciennes excessives qui viseraient à faire feu de tout bois. Je ne suis en effet en aucune façon responsable de l'actualité du parti frontiste. 

Et c'est bien cette actualité qui rend inutile pour l'opposant que je suis de recourir aux méthodes - que je n'ai par ailleurs jamais cessé de condamner - usitées par le FN et particulièrement à Hénin Beaumont. 

image.jpgEn tentant de séduire à tout va par le biais de déclarations affirmant bien souvent et dans le même temps tout et son contraire, le FN non seulement s'ostracise progressivement mais aussi, son arme fétiche qu'est la victimisation ne peut désormais plus dissimuler les sérieuses divergences tant sur le fond que sur la forme qui en son sein existent. 

L'affrontement entre Marine et Marion Le Pen prend chaque jour davantage corps et le patriarche s'en donne à coeur joie. 

Je suis de ceux qui estime que Jean Marie Le Pen ne dispose désormais plus que d'un pouvoir de nuisance dans la maison mère, et que s'il convient encore de réagir à ses dérapages ce n'est pas tant pour lui le combattre mais pour réagir à la teneur nauséabonde de ses provocations qui ne sont aujourd'hui que très rarement dénoncés par les dirigeants du FN ou lorsqu'elles le sont, par une partie de ces derniers et sur le bout des lèvres. Le président d'honneur peut manifestement dormir sur ses deux oreilles, son au revoir de la scène politique aura probablement le goût de l'adieu.

Plus que jamais, la fracture provoquée par l'approche dédiabolisation voulue par la N°1 des frontistes est profonde et sérieuse.

Et c'est parce qu'elle l'est que Steeve Briois devra faire un choix. 

A vouloir insidieusement ou non ménager la chèvre et le chou, les électeurs auront prochainement l'occasion de s'interroger sur la sincérité de ce que furent ses prises de position d'avant son élection de mars dernier sur des sujets ayant trait notamment à l'immigration, à l'insécurité, ou bien encore au chômage. Des interrogations qui pour autant ne pourront dispenser le 1er magistrat de justifier sa gestion financière à Hénin Beaumont.

Parce qu'aujourd'hui, il y a matière pour ces électeurs à s'enquérir du bien fondé de l'adhésion de Steeve Briois au FN  ? Et me revient alors en tête ce terme qui lui fut si cher autrefois pour caricaturer certains de ses adversaires : G.I.R.O.U.E.T.T.E

04:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mercredi, 21 janvier 2015

Vœux communautaires : joyeux anniversaire !

image.jpgDans ses vœux communautaires, le président de la CAHC a selon invité ses collègues à «mettre les ego de côté» pour faire avancer le territoire.

De préciser notamment sa volonté de voir la politique politicienne s'arrêter, de travailler ensemble et de placer la solidarité au cœur des actions.

Et pour illustrer son propos d'évoquer l'intérêt d'une reprise par l'EPCI de certaines compétences communales, telles celles liées par exemple à la création d'aires d’accueil de gens du voyage, de piscines, ou ayant trait aux voiries communales.

Ce sont des paroles que je ne manquerai pas de saluer si demain les actes venaient enfin à prendre le relais de ces belles intentions, des intentions pleines de bon sens et  dont les premiers à les avoir exprimer pourraient s'enorgueillir de les avoir tenu il y a plus de 25 ans.

Force est de constater qu'à de nombreuses reprises je me suis exprimé sur l'absolu nécessité d'oeuvrer effectivement en faveur de la mutualisation des moyens financiers et des ressources humaines. 

Parce qu'à l'heure de réformes territoriales qui devraient très rapidement bouleverser les organigrammes et échelons décisionnels, il n'est nul besoin d'être devin pour affirmer que non seulement le "pouvoir" communal, pour des villes de l'envergure d'Henin Beaumont, deviendra limité, mais aussi que la taille de notre communauté d'agglomération, pour une gestion ambitieuse des dossiers liés aux grandes problématiques économiques et d'aménagement du territoire, s'avère  d'ores et déjà inadaptée.

"Big is not always better", mais il n'y a guère que les postures de repli et de l'isolement suicidaire pour considérer l'inverse comme une évidence irréfutable.

 

  

03:14 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 20 janvier 2015

Communiqué de presse : Les emprunts toxiques ont bon dos !

 

10665234_448780151928042_2324329703808624681_n.jpg 

 

- Communiqué de presse -

Les emprunts toxiques ont bon dos !

 

 

Steeve Briois n'est pas responsable des emprunts toxiques contractés autrefois par la majorité de Gérard Dalongeville.

Il l'est en revanche dans sa façon d'appréhender ces produits financiers et leurs impacts sur la gestion d'un budget communal.

Steeve Briois a pris le risque inconsidéré de baisser très légèrement la part communale de la taxe d'habitation et d'engager par ailleurs des dépenses importantes pour lui développer  notamment une politique d'auto promotion de sa majorité municipale. Nous attendons par exemple le montant réel des dépenses consacrées à la seule organisation des festivités de Noël.

Et ce ne sont pas les quelques économies réalisées suite à la renégociation - nécessaire mais en aucune façon extraordinaire - de quelques contrats qui viendront modifier l'équation face à laquelle Steeve Briois s'est lui même positionné, et ce en l'espace de 10 petits mois seulement : tenir ses promesses (et donc dépenser plus) avec moins d'argent, dans un contexte où les dotations de l'Etat aux collectivités seront en net recul (moins 11 milliards entre 2015 et 2017).

En substance, l'adjoint aux finances avance d'ores et déjà l'idée d'un nouvel emprunt dont le remboursement serait étalé sur 25 à 30 ans (emprunt dont il ne précise bien évidemment pas le montant) pour faire face à ce que nous pressentons depuis plusieurs mois : l'infaisabilité de construire un budget sérieux voire équilibré.

Et pour s'en justifier, de mettre en avant l'indexation sur la parité euro/franc suisse susceptible d'être moins favorable pour les emprunteurs.

La vérité semble pourtant tout autre : car si tout ne peut pas être anticipé, il est pour le moins quelques principes de prudence à mettre en oeuvre lorsque l'on a en responsabilité la gestion financière d'une ville comme Hénin Beaumont.

Il n'y a pas que les emprunts qui ici peuvent être toxiques pour l'avenir et le portefeuille des Héninois et Beaumontois, il y a aussi l'endettement !

 

 

 

04:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |